Un freelance peut se rémunérer de deux façons, soit de manière forfaitaire sur l'ensemble d'un projet, soit au temps passé sur une prestation. Dans ce second cas, il lui faut établir un taux journalier moyen, abrégé TJM, qui lui permettra d'établir sa facturation. Pourtant, le calculer n'est pas aussi simple qu'il y paraît puisque de nombreux paramètres sont à prendre en compte pour fixer son TJM final.

>> Téléchargement : Le guide tactique de réponse aux avis des clients.

 

Qu'est-ce que le taux journalier moyen ?

Le taux journalier moyen, souvent abrégé TJM, est le montant qui sera facturé au client pour une journée de prestation. Ce mode de facturation est le plus souvent employé par les sociétés de service ou les travailleurs indépendants, dits « freelances ». Il s'oppose à une facturation au forfait qui, elle, va définir un montant fixe pour l'ensemble d'un projet.

Ce TJM n'est par ailleurs pas immuable et peut s'adapter à la prestation concernée. C'est souvent l'expertise requise qui va faire évoluer le montant journalier mais les outils nécessaires peuvent aussi être pris en compte. Par exemple, un référenceur freelance peut appliquer un TJM de 500 € pour la recherche de backlinks mais facturer 800 € pour un audit SEO qui nécessite une plus grande expertise et des outils coûteux.

De plus, le taux journalier moyen peut aussi être décliné de manière mensuelle ou horaire (THM pour Taux Horaire Moyen) sur la base du tarif journalier. C'est une pratique courante pour les missions plus longues ou plus courtes. Dans ces cas de figure, le freelance peut éventuellement appliquer un taux de réduction ou de majoration. En effet, une mission plus longue lui permettant de sécuriser son chiffre d'affaires, il pourrait fidéliser son client en lui offrant une réduction de, par exemple, 5 % sur le montant total. À l'inverse, une mission courte, de quelques heures, peut induire des coûts supplémentaires comme le temps passé à s'immerger dans le projet avant même de commencer. Alors, une majoration peut être envisagée pour pallier cela.

Comment répondre aux avis des clients ?

Téléchargez ce guide gratuit et découvrez les tactiques pour passer de la communication de crise à la fidélisation client.

Comment calculer le taux journalier moyen ?

Pour calculer le taux journalier moyen, la méthode la plus couramment utilisée consiste à partir d'un objectif de revenu net annuel. Sur ce montant, il convient ensuite d'ajouter les charges, impôts et différents frais de fonctionnement. Puis il faut compter le nombre de jours ouvrés dans l'année et penser à retirer les congés nécessaires pour recharger les batteries. Il faut ensuite retirer les périodes dites creuses comme celles liées à la baisse d'activité (effet de saisonnalité), le temps consacré au travail administratif ou celui où la personne sera malade et donc en incapacité de travailler. Enfin, il faut diviser le revenu net par le nombre de jours réellement travaillés pour obtenir le TJM.

Voici un exemple pour imager cette démarche de calcul du TJM :

  • Objectif de revenu net annuel : 30 000 €
  • Charges : 4 000 €
  • Impôts : 11 000 €
  • Frais de fonctionnement : 6 000 €

À ce stade, pour gagner 30 000 € par an, le freelance devra générer un chiffre d'affaires annuel de 51 000 €.

En 2021, il y a 254 jours ouvrés (sans les samedis, dimanches et jours fériés). Avec l'hypothèse de 35 jours non travaillés (congés, maladie, administratif…), il reste 219 jours travaillés.

Son taux journalier moyen sera alors : 51 000 € / 219 = 233 €

 

Comment fixer son TJM en tant que freelance ?

Mener une étude de marché

Pour fixer son TJM en tant que freelance, le premier bon réflexe à avoir consiste à mener une étude de marché. Celle-ci devra prendre en compte deux facteurs : les prix que sont prêts à payer les clients et ceux pratiqués par la concurrence. En effet, si les concurrents facturent un TJM de 300 €, il sera compliqué de prétendre à 600 €. Mais ce montant doit aussi s'ajuster en fonction de différents critères comme la disponibilité ou l'offre de service en elle-même.

 

Prendre en compte son expérience, sa formation et sa notoriété dans le secteur

Plus le freelance est sénior mais aussi réputé dans son secteur d'activité, plus il pourra prétendre à la facturation d'un TJM élevé. Ce facteur de calcul du taux journalier moyen peut ainsi prendre en compte la formation de celui-ci et son prestige sur le marché. Certaines écoles sont en effet réputées dans des domaines particuliers et leurs anciens élèves bénéficient de leur aura une fois qu'ils se lancent à leur compte. De même, un indépendant qui aura travaillé avec des marques prestigieuses gagnera en réputation, ce qui lui permettra d'augmenter son TJM. Mais cette réputation peut aussi être acquise via des publications qui feront de lui une référence dans son métier.

 

Adapter son offre aux évolutions du marché

Le taux journalier moyen peut également être réajusté selon la qualité des prestations proposées. Puisque les marchés sont en perpétuelle évolution, c'est une occasion pour adapter l'offre aux nouveaux besoins ou même proposer des services innovants. Cette différenciation sera alors reflétée dans la tarification du freelance de manière justifiée.

 

Récompenser la fidélité

Les clients fidèles permettent de sécuriser le chiffre d'affaires et réduire les coûts (ou le temps) de prospection. En effet, il est très chronophage de partir à la conquête de nouvelles cibles et mener toutes les procédures permettant d'aboutir à la signature d'un contrat. Alors cette économie peut être partagée avec les clients fidèles pour s'assurer qu'ils poursuivront la collaboration.

 

Pour aller plus loin, téléchargez ce guide gratuit et découvrez les meilleures tactiques pour répondre aux avis des clients.Guide : Comment répondre aux avis des clients

Publication originale le 22 novembre 2021, mise à jour le 22 novembre 2021

Sujet(s):

Auto-entrepreneur