Toutes les entreprises, qu'elles pratiquent le commerce en ligne ou pas, sont confrontées à la problématique de la gestion de stock, qu'il faut optimiser pour satisfaire au mieux les attentes des clients et réduire les coûts liés à l'inventaire et à l'entreposage. Tour d'horizon des différentes méthodes de gestion du stockage et de l'approvisionnement qui peuvent être déployées en fonction du domaine d'activité.

Découvrez le guide complet du e-commerce

Le « Juste à temps », la méthode à flux tendus

Inventée par Toyota au milieu du XXe siècle, la méthode de gestion de stock à « flux tendu », plus connue comme le « Juste à temps », s'est rapidement répandue sur l'ensemble du globe, car elle permet de réduire le stockage au strict minimum en ne gérant sur place que les produits ayant la certitude d'être livrés ou utilisés.

Elle consiste à attendre les commandes des clients ou de la chaîne de production suivante pour déclencher un nouvel approvisionnement. Pour ne pas se retrouver en rupture de stock, il est souhaitable de fixer un seuil critique à ne pas franchir, à partir duquel un achat est automatiquement enclenché, et d'analyser les comportements des consommateurs afin d'anticiper les besoins durant les périodes de forte demande.

Cette méthode de gestion de stock convient aux secteurs d'activité qui disposent d'une chaîne logistique ayant une fiabilité à toute épreuve avec des solutions de transport et d'approvisionnement flexibles. Il est aussi nécessaire d'avoir des fournisseurs locaux pour réduire les coûts et les incertitudes.

La méthode de gestion de stock calendaire

Lorsqu'une entreprise met en place le réapprovisionnement calendaire, elle achète à dates fixes et en quantités fixes des matières premières à ses fournisseurs. Cette méthode suppose la signature d'un contrat pérenne (annuel le plus souvent) entre les parties, qui fixe des jours de livraison pour les semaines et mois à venir. Elle offre ainsi une grande visibilité à l'entreprise comme à ses fournisseurs.

En cas de surplus inhabituel de la demande, l'entreprise peut passer des commandes supplémentaires afin de maintenir ses stocks à un haut niveau, ou bien à un « niveau optimal » déterminé dès le départ.

La méthode calendaire se pratique dans les secteurs d'activité où les produits sont transformés ou consommés de façon régulière, par des entreprises qui sont bien implantées sur leur marché avec des flux variant peu au fil du temps et une bonne visibilité quant à leur chiffre d'affaires. Elle n'est pas préconisée pour les commerces en forte croissance, ou vendant des produits saisonniers avec des écoulements trop variables ou aléatoires.

Le dropshipping, ou livraison par le fournisseur

Tendance aux USA, la méthode de gestion de stock dropshipping est de plus en plus présente en France, surtout dans le secteur du e-commerce. Tout repose sur l'idée de n'avoir aucun stock, et donc aucun coût logistique à assumer. Cela est possible en déléguant l'ensemble de tâches d'entreposage et d'expédition des produits à ses fournisseurs. L'entreprise joue alors un rôle d'intermédiaire, enregistre les commandes, encaisse les clients, et transmet leurs coordonnées aux fournisseurs.

Cette méthode est en quelque sorte une forme d'anti-inventaire, surtout employée par les entreprises qui ne disposent pas encore de leur propre espace de stockage, ce qui est le cas par exemple lorsqu'un commerce en ligne ouvre une nouvelle antenne dans un pays étranger. Le dropshipping est aussi apprécié par les micro-entrepreneurs qui démarrent leur activité, et qui s'alimentent auprès des grandes places de marché.

La méthode FEFO : « Premier expiré, premier sorti »

Le « First Expired, First out » est une méthode de gestion de stock visant à écouler les marchandises périssables en fonction de leur date de péremption : les produits dont la limite de consommation est la plus proche du jour de la commande sont les premiers à être expédiés. Ainsi, l'entreprise conserve les produits le moins longtemps possible. Si les stocks ont été correctement estimés, l'ensemble de l'inventaire sera vendu sans perte. À défaut, il faudra jeter, éliminer ou céder à des associations caritatives une partie des stocks.

Bien évidemment, cette gestion du stockage ne convient qu'aux entreprises de l'alimentaire, dont les produits sont soumis à des dates de péremption prédéterminées. Dans ce secteur, livrer la marchandise « la plus fraîche » est primordial pour l'image de marque, même si cela signifie des pertes importantes en cas de surstockage. Le secteur vestimentaire, sensible aux effets de mode, peut également être intéressé.

L'analyse ABC, ou la gestion sélective des stocks

Avec cette méthode de gestion, les entreprises répartissent leurs produits dans diverses catégories en fonction de « leur importance », et appliquent à chacune un mode de gestion des stocks spécifique.

Les marchandises sont hiérarchisées : celles à forte valeur ajoutée qui s'écoulent en faible quantité vont être placées dans la catégorie A, les produits à valeur moyenne et qui s'écoulent en quantité modérée dans la catégorie B, et enfin les biens à faible valeur ajoutée mais vendus en quantité importante dans la catégorie C. Il est possible d'imaginer un autre classement séparant les produits périssables des produits non périssables, ou les produits à vente régulière dans le temps des produits à ventes volatiles ou saisonnières. Cette méthode s'adresse aux entreprises avec des stocks diversifiés qui veulent moduler la gestion en fonction de la marchandise, en appliquant des règles différentes à chaque type de produit : par exemple utiliser la méthode calendaire pour les biens classés A, et le « juste à temps » pour les biens classés B et C.

Téléchargez ce guide gratuit pour découvrir comment développer votre activité de vente en ligne.

Guide du e-commerce

Publication originale le 13 janvier 2020, mise à jour le 13 janvier 2020

Sujet(s):

E-commerce