Le nombre d'auto-entrepreneur croît depuis ces dernières années. D'après les chiffres de l'INSEE, la part des immatriculations aurait augmenté de 47,4 % en 2019 , soit 386 326 micro-entreprises créées en 1 an.

>> Téléchargement : Le guide tactique de réponse aux avis des clients.

Ces chiffres sont révélateurs d'une tendance : le statut d'auto-entrepreneur séduit. Souvent critiqué pour ses inconvénients, ce statut simplifié d'entreprise individuelle procure pourtant de nombreux bénéfices fiscaux et administratifs.  

Comment répondre aux avis clients ?

Téléchargez ce guide gratuit et découvrez les bonnes pratiques pour répondre aux avis des clients.

Quels sont les avantages du statut d'auto-entrepreneur ?

 

Les démarches administratives sont simplifiées

Contrairement aux autres statuts juridiques, les démarches administratives du statut de l'auto-entrepreneur sont simplifiées.

En effet la création, la modification et la radiation d'une auto-entreprise sont gratuites et s'effectuent en ligne via le portail dédié autoentrepreneur.urssaf.fr .

Il n'est donc pas nécessaire de créer des statuts d'entreprise et de prévoir un capital. Seul un nombre limité de pièces justificatives sont à fournir pour ouvrir une auto-entreprise :

  • Une copie de la pièce d'identité du futur auto-entrepreneur ;
  • Un justificatif de domicile ;
  • Une attestation sur l'honneur de non-condamnation judiciaire ;
  • Attestation de capacités professionnelles ou diplômes pour certaines activités.

La seule complexité de la création de l'auto-entreprise est de réaliser les choix relatifs aux déclarations et paiements des cotisations sociales, à l'option sur le versement fiscal libératoire et à l'option pour le régime de l'EIRL.

 

La comptabilisé de l'auto-entreprise est allégée

Un autre avantage de l'auto-entrepreneur est qu'il n'est pas obligé de tenir une comptabilité complète pour son entreprise.

De ce fait, une auto-entreprise n'a pas à produire de bilan comptable et à déposer les comptes auprès du Greffe du Tribunal de Commerce à chaque clôture d'exercice.

Cet avantage dédié aux entrepreneurs est avantageux sur le plan financier puisqu'il allège l'auto-entreprise des frais d'expert-comptable. Cependant un livre des recettes doit être tenu ainsi qu'un registre des achats pour certaines activités.

Bien entendu, la production des factures d'une auto-entreprise doit être aux normes et conservées par l'auto-entrepreneur pendant 10 ans et l'auto-entreprise doit disposer de son propre compte bancaire.

 

L'auto-entrepreneur est exonéré de TVA

Un autre avantage de l'auto-entrepreneur est que son activité est exonérée de TVA. Outre le fait que cela allège encore une fois les démarches et les déclarations administratives, l'exonération de TVA permet :

  • Une facturation en moyenne 20 % moins chère qu'une entreprise concurrente soumise à la TVA ;
  • Une gestion plus aisée de la trésorerie puisqu'il n'y a pas de TVA à collecter ;
  • Aucune procédure administrative à gérer.

Attention, cette spécificité concerne les auto-entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires égal ou inférieur à 85 800 € pour les activités de ventes et à 34 400 € pour les activités de prestations de services.

 

Le calcul et le paiement des cotisations sociales sont simplifiés

Les avantages de l'auto-entrepreneurs ne s'arrêtent pas à une gestion d'entreprise simplifiée : ce statut permet aussi une méthode de calcul et de déclaration des cotisations sociales plus facile grâce au régime micro social simplifié dont dépendent les auto-entreprises.

En effet, le calcul des cotisations sociales se réalise en fonction du chiffre d'affaires mensuel ou trimestriel réalisé par l'auto-entrepreneur.

La déclaration du chiffre d'affaires se fait en ligne via la plateforme dédiée de l'URSSAF et des coefficients de 12,8 % pour les activités commerciales et de 22 % pour les prestations de service sont appliqués afin de calculer le montant à payer.

Cette méthode de calcul est très intéressante pour l'auto-entrepreneur, car cela signifie qu'il n'aura aucune charge sociale à payer s'il ne réaliser aucun chiffre d'affaires. Elle permet aussi une meilleure gestion de la trésorerie puisque les paiements sont décalés d'un mois ou d'un trimestre selon le choix de l'auto-entrepreneur.

 

L'auto-entrepreneur peut bénéficier d'une exonération partielle des charges sociales (ACRE)

Il est possible pour les auto-entrepreneurs de bénéficier d'une exonération partielle de charges sociales en obtenant une aide fiscale, l'ACRE.

 

L'ACRE est accordée aux entrepreneurs de moins de 26 ans et aux entrepreneurs inscrits à Pole Emploi. Pour l'obtenir, il est nécessaire d'en faire la demande auprès de l'Urssaf dans les 45 jours suivants la création de l'auto-entreprise via le formulaire Cerfa n°13584*02.

Une fois l'ACRE obtenu, l'auto-entrepreneur bénéficie d'un taux réduit pour le calcul des charges sociales durant les 4 premiers trimestres de son activité. 

 

Les inconvénients du statut d'auto-entrepreneur

Le statut de l'auto-entreprise étant un statut simplifié d'entreprise individuelle, certains inconvénients sont à prendre en compte.

               

La comptabilité simplifiée ne permet pas de déduire les charges

L'auto-entrepreneur étant dispensé de bilan comptable, il ne peut de se fait pas déduire les charges liées à son activité. De ce fait cette particularité peut être à prendre en compte, notamment pour certaines activités qui engendrent des charges et des frais de déplacement par exemple.

 

L'exonération de TVA peut être bloquante dans certains cas

Comme l'auto-entrepreneur est exonéré de TVA, il ne peut pas la récupérer lorsqu'il effectue des achats ou des investissements. Il en est de même pour les divers abonnements auxquels il aurait besoin de souscrire.

Dans les activités BtoB, le fait de peut pas pouvoir récupérer la TVA peut être un élément bloquant pour les prospects.  

 

La validation des trimestres de retraite se valide à partir d'un certain chiffre d'affaires

L'auto-entrepreneur doit réaliser un chiffre d'affaires annuel minium pour valider 4 trimestres de retraite.

Les montants demandés sont de 20 740 € pour une activité de vente et de 12 030 € pour une activité de prestations de service soumise aux BIC (bénéfices industriels et commerciaux).

 

L'auto-entreprise est soumise à deux plafonds de chiffre d'affaires

L'auto-entreprise est soumise à deux plafonds de chiffres d'affaires qui influent sur l'exonération de TVA et le changement de statut juridique de l'entreprise.

Comme déjà énoncée, l'auto-entreprise sera soumise à la TVA si elle dépasse un chiffre d'affaires de 85 800 € pour les activités de ventes et de 34 400 € pour les activités de prestations de services.

L'auto-entrepreneur devra changer de statut juridique s'il dépasse les plafonds de chiffre d'affaires de 176 200 € pour les activités commerciales et de 72 500 € pour les activités de prestations de services.

 

L'auto-entrepreneur peut manquer de crédibilité dans certains cas

Enfin, le statut d'auto-entrepreneur peut manquer de crédibilité auprès des banques dans le cadre d'une demande de prêt ou face à une certaine typologie de client comme les grands comptes.

 

Bien que le statut d'auto-entrepreneur présente des inconvénients, il permet aux entrepreneurs de lancer rapidement leurs entreprises et de tester leurs idées sans prendre de risques financiers ou administratifs. Cela est sans compter la souplesse du statut et l'absence de frais de création ou de cessation qui permettent de faire évoluer l'entreprise au même rythme que son activité.

Pour aller plus loin, téléchargez ce guide tactique de réponse aux avis des clients et découvrez les outils dont vous avez besoin pour déployer une stratégie constructive de réponse aux avis des clients.Guide : Comment répondre aux avis des clients

 Le guide tactique de réponse aux avis clients

Publication originale le 18 août 2020, mise à jour le 18 août 2020

Sujet(s):

Auto-entrepreneur