Le géant des moteurs de recherche, Google, a lancé une nouvelle fonctionnalité : les Web Stories. Elles se déclinent sous un format court, hérité des réseaux sociaux. La promesse de Google ? « Une expérience dynamique, en plein écran et sur mobile ». Mais que sont réellement les Google Web Stories ? Comment les créer et bien les utiliser ? Voici tout ce qu'il faut savoir sur les Web Stories.

Organisez votre calendrier de publication pour votre blog grâce à ce modèle  gratuit.

 

Que sont les Google Web Stories ?

Les Google Web Stories, apparues en 2018, sont un nouveau format qui permet de délivrer de l'information prête à être consommée. En réalité, il s'agit d'un format bien connu des internautes, populaire sur les réseaux sociaux.

Les Google Web Stories sont courtes, optimisées pour le mobile, et se visionnent en plein écran, en format portrait. Elles se présentent comme étant un mélange de texte, d'image, de vidéo et de son afin d'offrir aux utilisateurs une expérience unique. Pour visionner le contenu, les internautes ou plutôt les mobinautes doivent appuyer dessus ou balayer l'écran. Un swipe peut être proposé pour renvoyer l'utilisateur sur une page précise ou vers une autre Web Stories.

A contrario des stories sur Facebook, Instagram, ou Snapchat, les Google Web Stories ne sont pas éphémères. Elles n'ont pas de durée de vie limitée, elles restent sur le site internet de l'entreprise comme n'importe quelle page.

Le créateur de la Web Stories en possède la propriété. Il est possible de diffuser n'importe quel contenu et suivre leur performance avec des outils analytics.

Autre point, ce sont des stories indexables. Elles apparaissent sur les moteurs de recherche et jouent donc un rôle dans le référencement naturel.

Les Google Web Stories sont des nouveaux leviers de marketing digital.

 

3 exemples de Google Web Stories

Les Web Stories peuvent apparaître à différents endroits, comme sur le site web de l'entreprise, mais aussi :

 

Sur les SERP

Sur la recherche Google, elles peuvent figurer sous deux formats :

  • En grille (uniquement disponible aux États-Unis).
  • Comme résultat unique dans les SERP : cet affichage qui apparaît en position 0, ressemble à un rich snippet : il y a une image, le titre de la page et sa métadescription. Ce format est disponible dans le monde entier.

Capture de Google web stories

Capture de Google web stories 2

 

Sur Google Images

Ici, les Web Stories apparaissent sous forme de fiches d'images avec l'icône Web Stories. Cette fonction est disponible partout dans le monde.

Google web stories Images

 

Sur Google Discover

Seules certaines régions ont accès à cette fonctionnalité. Au Brésil, en Inde, et aux États-Unis, les Web Stories se présentent sous la forme d'un carrousel en haut du flux de Google Discover.

Elles peuvent aussi être sous forme de fiche seule dans le flux. Cette option n'est valable qu'aux États-Unis.

Google web stories Discover

Google web stories Discover - Article sur la plongée

 

Comment créer ses Google Web Stories ?

La création des Google Web Stories diffère selon le CMS du site :

  • À la main : il est possible de développer ses propres Web Stories à partir du site d'AMP. Il faut néanmoins posséder des connaissances en HTML, CSS et JavaScript ou confier la mission à un développeur.
  • Avec des outils de création de Web Stories : il existe des outils en ligne gratuits qui proposent des modèles prédéfinis, comme Make Stories ou encore AMPStor.
  • Avec le plug-in WordPress : si l'entreprise utilise WordPress, c'est la solution la plus efficace et rapide. Il suffit d'installer le plug-in Web Stories, de cliquer sur « Add new story ». À partir de là, il faut ajouter une image de fond, du texte, une vidéo pour construire la page. Puis pour ajouter une nouvelle page, il faut cliquer sur « new page ». Une fois prête, le plug-in crée automatiquement une page AMP.

Peu importe la méthode choisie, il est conseillé de vérifier ses Web Stories pour éviter les erreurs.

Miser sur le storytelling

Pour créer une Google Web Story, il faut avant tout trouver une idée de contenu. Le sujet est essentiel : la Web Story doit raconter un récit et être cohérente. Il ne s'agit ni d'une publicité, ni d'un teaser. Il est possible de s'inspirer des articles de blog existants en faisant de la curation de contenu par exemple pour créer ses premières Google Web Stories.

Les Web Stories doivent apporter de la valeur à l'utilisateur et participer à créer une bonne image de marque. Il est indispensable d'utiliser le storytelling et de suivre un arc narratif. Cela permet de tenir en haleine l'utilisateur. Il faut réussir à contextualiser le plus possible pour inviter l'audience à s'immerger dans le récit.

Elles sont un contenu à part entière et doivent être authentiques. Il est important de faire en sorte que l'audience puisse s'identifier.

 

Opter pour un contenu court

Chaque page contient une idée, où il est possible de s'exprimer en un nombre limité de textes (280 caractères). La Web Story doit se suffire à elle-même et être rythmée. La longueur recommandée est entre 10 et 15 pages. Elle doit se rapprocher au maximum des habitudes de navigation des mobinautes pour renforcer l'expérience utilisateur.

Pour les vidéos, elles ne doivent pas dépasser plus de 15 secondes en moyenne.

 

Mettre en avant l'aspect visuel

Les Google Web Stories doivent être agréables visuellement et retenir l'attention. Il convient de les illustrer par une image, une vidéo, un gif.

Chaque élément visuel doit être en haute définition pour un rendu de qualité et redimensionner en format portrait.

Comment optimiser la gestion de votre blog ?

Téléchargez ces modèles gratuits et découvrez les outils indispensables pour piloter votre stratégie de blogging.

Checklist SEO pour booster organiquement les Web Stories

Comme les Web Stories fonctionnent comme une page à part entière, il est conseillé d'appliquer les mêmes règles SEO que pour les pages classiques. Elles sont un bon moyen de générer du trafic.

Voici quelques bonnes pratiques indispensables :

  • Créer du contenu de qualité : le contenu doit être utile, intéressant et de haute qualité pour l'audience. Il est conseillé de privilégier l'utilisation de vidéo, qui est un format plus attrayant et engageant que le texte ou les images.
  • Renseigner les métadonnées : il existe quatre métadonnées obligatoires, à savoir le logo, l'image principale de la story, la balise title et le nom de la marque. Il est aussi possible d'ajouter des données structurées et du texte alternatif dans les images pour améliorer la visibilité.
  • Faire des titres courts : les Google Web Stories doivent être composées de moins de 90 caractères, et moins de 70 caractères pour les descriptions.
  • Vérifier que la recherche Google trouve la Web Story : il faut éviter d'inclure l'attribut noindex dans la story, auquel cas elle ne pourra pas être indexée. Il est aussi recommandé d'ajouter les Web Stories au sitemap.
  • Indiquer la story comme canonique : il faut s'assurer que chaque Web Story possède un attribut link rel=”canonical”.
  • Ajouter des liens pertinents vers des ressources externes et internes.
  • Les Web Stories doivent être facilement accessibles, à partir de la racine du nom de domaine.

Communauté HubSpot

 

Pour aller plus loin, découvrez comment optimiser la gestion de votre blog en téléchargeant les modèles de calendrier éditorial et d'articles de blog, ou découvrez l'outil de création de blog gratuit de HubSpot.

New Call-to-action

Publication originale le 16 janvier 2023, mise à jour le 03 février 2023

Sujet(s):

Content marketing