La quête de sens au travail et le désir d'équilibrer vie pro et vie perso motivent de nombreuses personnes à s'orienter vers l'entrepreneuriat. Or, la création d'une entreprise s'accompagne de risques sur le plan financier et requiert des compétences en gestion et en management. Pour limiter les difficultés et vivre sereinement de leur activité, certains professionnels choisissent de se lancer en tant que solopreneurs. Ils exercent ainsi un métier qui les passionne et effectuent seuls toutes les tâches liées à la gestion de leur entreprise.

Téléchargement  >> Modèle de gestion des commissions

 

 

Quelle est la différence entre un solopreneur et un entrepreneur ?

Si le solopreneur peut être qualifié d'entrepreneur puisqu'il travaille à son compte, il se distingue toutefois de celui-ci sur plusieurs points.

Le solopreneur et l'entrepreneur poursuivent des objectifs différents sur le long terme. La motivation principale d'un professionnel qui se lance en tant que solopreneur, c'est d'exercer un métier qu'il aime en complète autonomie. Son objectif est de mener à bien les projets et les missions que ses clients lui confient pour vivre pleinement de son activité.

Un entrepreneur a généralement pour ambition de fonder sa société et de la développer. Il se positionne en leader et n'hésite pas à prendre des risques pour faire prospérer son entreprise :

  • Il recrute des salariés pour former une équipe.
  • Il délègue certaines tâches à ses collaborateurs pour se concentrer sur son cœur de métier.
  • Il effectue des investissements, etc.

Le solopreneur se lance dans une activité qu'il peut exercer seul. Il fonde son entreprise, en est l'unique employé et procède à toutes les formalités liées à la gestion administrative et comptable. Contrairement à un entrepreneur, il n'embauche pas de personnel pour assurer la réalisation des projets que ses clients lui soumettent. Il reste toutefois libre de recourir aux services d'un autre solopreneur ou d'un freelance pour déléguer diverses tâches ou en cas d'accroissement temporaire d'activité.

En privilégiant cette forme d'entrepreneuriat, les professionnels s'exposent à des risques financiers limités. Ils n'ont généralement pas ou peu d'investissements à prévoir pour se lancer et sont soumis à moins de charges (salaires, taxes, etc.).

Les solopreneurs choisissent souvent leur métier par passion. C'est pourquoi ils préfèrent développer leurs projets seuls et se concentrer pleinement sur leur activité. À l'inverse d'une majorité d'entrepreneurs, ils n'ont pas pour ambition de faire croître leur entreprise dans l'optique de la revendre en réalisant une plus-value. Leur but principal est de maintenir leur activité de façon à en vivre correctement sur le long terme.

 

Quels sont les défis du solopreneur ?

Le solopreneur s'expose à des risques financiers moindres par rapport à un entrepreneur. Toutefois, il se confronte à plusieurs défis, tant pour lancer son entreprise que pour la pérenniser :

  • Évaluer la faisabilité du projet.
  • Acquérir les compétences requises pour assurer seul la gestion de l'entreprise.
  • Se faire connaître et trouver des clients.
  • Faire face à une charge de travail importante.
  • Lutter contre l'isolement.

Avant de se lancer à son compte, le solopreneur doit étudier le marché afin de s'assurer de la rentabilité de son projet. Cette étape essentielle nécessite de prendre en compte plusieurs paramètres comme l'importance de la demande, la concurrence, les tarifs pratiqués dans le secteur, etc. Une phase qui s'avère d'autant plus délicate lorsqu'il s'agit d'un projet innovant.

Le solopreneur doit être en mesure de gérer son entreprise en totale autonomie. Il devra acquérir des compétences diversifiées pour réaliser les tâches ne relevant pas de son métier principal. Il sera amené à prospecter et à négocier afin de développer sa clientèle. Il se chargera aussi de la partie administrative et devra connaître et respecter la réglementation relative au domaine dans lequel il évolue.

Exercer comme solopreneur requiert de la polyvalence et une grande disponibilité. L'enjeu pour ces professionnels est donc d'allier productivité, rentabilité et bien-être au travail.

 

Dans quels domaines trouve-t-on des solopreneurs ?

La souplesse du statut de solopreneur attire de nombreux professionnels désireux de créer leur propre entreprise. Ce mode d'entrepreneuriat concerne différents domaines d'activité, en particulier l'univers de la technologie et du numérique.

Ce secteur regroupe des métiers très variés, qu'il est possible d'exercer en freelance :

  • développeur web et d'applications mobiles
  • graphiste
  • rédacteur web
  • gérant d'un E-commerce
  • consultant en référencement naturel, etc.

Les solopreneurs se multiplient aussi dans les secteurs artistiques : du dessin, de l'illustration et de la photographie.

Enfin, les secteurs du conseil, du bien-être et du développement personnel comptent également de nombreux professionnels qui exercent à leur compte. Coach personnel, consultant, formateur et sophrologue figurent parmi les métiers dans lesquels il est possible de se lancer en solo.


 

5 Conseils pour être solopreneur

 

Apprendre à organiser son travail

Pour gagner en efficacité et assurer la rentabilité de son entreprise, le solopreneur doit faire preuve d'autodiscipline. L'organisation et la gestion du temps détiennent une importance majeure dans le quotidien d'un entrepreneur qui travaille seul. Il doit être en mesure de réaliser les projets qui lui sont confiés en respectant les délais impartis. Mais il doit aussi consacrer plusieurs heures par semaine à la prospection et aux tâches administratives (facturation, devis, gestion des mails, etc.).

 

Utiliser des outils de gestion des tâches

Il existe des outils d'automatisation conçus pour faciliter le quotidien des entreprises. Un solopreneur a tout intérêt à recourir à ces solutions pour gagner du temps, afin de se consacrer à son cœur de métier.

 

Se fixer des objectifs clairs et réalisables

Comme tout chef d'entreprise, le solopreneur doit définir des objectifs à court et à moyen long terme. Cela l'aide à élaborer un plan d'action précis, de façon à limiter les risques et rester efficace. Quelle que soit son activité, il veillera à fixer des objectifs réalistes, en tenant compte du fait qu'il exerce seul.

 

Enrichir ses compétences en continu

La polyvalence est l'une des qualités principales du solopreneur. Ce dernier devra sans cesse se former afin de s'adapter aux nouvelles pratiques et aux évolutions de son domaine d'activité.

 

Développer son réseau

Le réseautage joue un rôle essentiel dans le quotidien du solopreneur. En plus de lutter contre l'isolement, le fait d'échanger avec des professionnels évoluant dans des secteurs proches l'aidera à se faire connaître. Participer à des événements, faire une preuve de concept, publier du contenu sur les réseaux sociaux et interagir avec d'autres entrepreneurs lui permettra de gagner en visibilité. Cela peut aussi déboucher sur des opportunités intéressantes avec de nouveaux clients ou même des partenaires potentiels.

 

Pour aller plus loin, déterminez le seuil de rentabilité de votre entreprise en téléchargeant le modèle de gestion des commissions, ou découvrez le logiciel de vente de HubSpot.

modèle de gestion des commissions

Publication originale le 20 octobre 2023, mise à jour le 30 octobre 2023

Sujet(s):

Entrepreneuriat CRM pour TPE