Le financement est un volet important lors du montage d'un projet d'entreprise. Il existe actuellement une large gamme de solutions vous permettant de financer votre activité. Votre choix de financement doit dépendre de la nature de votre projet et de votre besoin en financement.

Créez rapidement un business plan performant pour votre entreprise

Les deux grands modes de financement de projet

Lorsque vous souhaitez financer votre projet, deux solutions s'offrent à vous. Vous pouvez vous orienter vers un financement provenant de vous-même ou de vos associés ; il s'agit alors de fonds propres. Sinon, vous pouvez choisir des modes de financement externe, issus principalement des organismes financiers.

L'autofinancement

L'autofinancement est un financement où l'entrepreneur investit son propre argent pour mener son projet d'entreprise. Il s'avère intéressant si votre situation financière le permet et il ne coûtera aucun frais supplémentaire. De plus, les fonds sont disponibles immédiatement, et l'entrepreneur peut travailler tranquillement, sans la pression ni le contrôle d'un investisseur.

Mais cette option risque de fragiliser votre trésorerie et peut vous mettre dans une situation délicate en cas d'imprévu. Il faut donc tenir compte de la capacité d'autofinancement, et penser à n'investir qu'à la limite de la perte acceptable.

L'autofinancement est considéré comme un gage de sérieux. En investissant votre propre argent, vous montrez à vos collaborateurs que vous croyez en votre projet et votre détermination à réussir.

Les banques et fonds d'investissement

L'emprunt souscrit auprès d'un organisme financier est aussi un excellent moyen pour financer un projet d'entreprise.

Les banques

Un exemple bien connu de financement de projet en externe est le prêt bancaire. La banque débloque un fonds en contrepartie d'un engagement de l'entrepreneur : rembourser le capital et ses intérêts dans un délai déterminé.

Les banques soumettent des conditions, dont :

  • La rédaction d'un plan d'affaires bien explicite.
  • La présentation de garanties.
  • L'exigence d'un minimum d'apport de l'entrepreneur.

Mais la préparation du dossier de demande de financement est parfois fastidieuse. Les coûts de l'emprunt sont aussi à prendre en compte : intérêts, frais de dossiers, dépenses lors de la préparation du dossier.

Le financement reçu dépend des risques liés au prêt : la viabilité du projet, la capacité de remboursement de l'entrepreneur, les garanties offertes. Toutefois, le prêt bancaire se présente comme le recours le plus conseillé, car il permet de disposer assez rapidement des ressources nécessaires, notamment lorsque le budget est conséquent.

Les fonds d'investissement

Les fonds d'investissement, appelés aussi « fonds communs de placement », sont des organismes constitués d'épargnants et d'investisseurs qui mettent en commun des sommes destinées à être investies en capital dans des entreprises. Chaque fonds d'investissement se spécialise sur un secteur d'activités.

L'entrepreneur peut demander un financement en capital-risque pour démarrer son projet d'entreprise. Ainsi, le fonds d'investissement devient actionnaire dans l'entreprise et dispose d'un pouvoir de contrôle sur les activités.

Comme tout investisseur, un fonds d'investissement analyse le projet avant d'accepter de le financer.

Le crowdfunding

Le crowdfunding, appelé aussi « financement participatif », est un moyen de financement portant sur une collecte de fonds auprès du grand public. L'entrepreneur fixe la somme qu'il souhaite atteindre, puis convainc les particuliers et les personnes morales d'y contribuer par petits montants.

L'entrepreneur définit la forme de crowdfunding qu'il sollicite :

  • Des dons sans contrepartie, ou avec contrepartie symbolique.
  • Des avances sur une commande du produit/service que l'entreprise va proposer.
  • Des prêts avec ou sans intérêts.
  • Des investissements sous forme de capital ou d'obligations.

Ce mode de financement offre aux entrepreneurs la possibilité de financer des projets qui n'ont pas convaincu les investisseurs classiques.

Toutefois, il a un coût non négligeable qui comprend :

  • Les dépenses de la campagne (vidéo de présentation, articles publicitaires).
  • Les récompenses en contrepartie des dons.
  • Les commissions prélevées par la plateforme de Crowdfunding.

Le crowdlending

Le crowdlending est une forme de financement participatif, du même principe que le crowdfunding, mais portant exclusivement sur les prêts.

Les particuliers et les entreprises intéressés par le projet versent leurs contributions. À la fin de la campagne, si la collecte n'a pas permis d'atteindre le montant souhaité, les montants investis sont restitués aux personnes contributrices. Si la campagne est réussie, les investisseurs reçoivent un contrat de prêt et n'ont plus qu'à attendre les échéances de règlement pour recevoir une partie du capital et les intérêts y afférant.

Les coûts liés à la campagne de crowdlending constituent une perte irrécupérable si la levée de fonds n'aboutit pas.  

Les aides de l'État

Les projets de création d'entreprise ont l'avantage de bénéficier des aides de l'État.

L'ACCRE

L'ACCRE (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise) est une aide d'État octroyée à ceux qui ont créé leur propre entreprise avant le 1er janvier 2019. Ce dispositif porte sur l'exonération des cotisations sociales sur 12 premiers mois de la création ou de la reprise de l'entreprise. L'exonération peut s'étendre jusqu'à 36 mois pour ceux qui sont sous le régime de la micro-entreprise ou de la micro-BNC.

Le dispositif ACCRE s'adresse encore aux :

  • Bénéficiaires de l'ARE (Allocation d'aide au retour à l'emploi) ou de l'ASP (Allocation de sécurisation professionnelle) ;
  • Bénéficiaires du RSA (Révenu de solidarité active) ou de l'ASS (Allocation de solidarité spécifique) ;
  • Demandeurs d'emploi non indemnisés inscrits à Pôle emploi depuis plus de 6 mois ces 18 derniers mois ;
  • Aux jeunes de 18 à 25 ans (jusqu'à 29 ans pour ceux reconnus handicapés) ;
  • Moins de 30 ans n'ayant pas bénéficié de l'indemnisation chômage ;
  • Salariés ou licenciés d'une entreprise en sauvegarde de justice, en redressement ou liquidation judiciaire reprenant une entreprise ;
  • Sans-emplois titulaires d'un CAPE (Contrat d'appui au projet d'entreprise) ;
  • Créateurs ou repreneurs d'entreprise située dans un quartier prioritaire de la politique de la ville ;
  • Bénéficiaires de la PreParE (Prestation partagée d'éducation de l'enfant).

L'ACRE

L'ACRE (Aide à la création ou à la reprise d'une entreprise) est le dispositif d'aide adopté depuis le 1er janvier 2019 pour remplacer l'ACCRE. Elle permet toujours une exonération partielle ou totale des charges sociales durant la première année d'activité.

L'ACRE est désormais ouverte à tous les créateurs et repreneurs d'entreprise, sauf à ceux qui ont déjà bénéficié de l'ACCRE dans les trois années précédentes.

L'ACRE ouvre également droit à d'autres aides :

  • Le NACRE (Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d'entreprise) : aide au montage, à la structuration et au démarrage de l'activité ;
  • L'ARCE (Aide financière à la reprise ou à la création d'entreprise), seulement pour les bénéficiaires de l'ARE : les allocations sont versées sous forme de capital (la moitié est octroyée au début de l'activité, et le reste sera versé après 6 mois) ;
  • Le maintien de la perception de l'ASS.

Bpifrance

Bpifrance est une compagnie financière publique d'investissement, de financement et de développement des entreprises. Elle a pour mission de soutenir les entrepreneurs de la création d'une entreprise d'innovation jusqu'à la cotation.

Parmi les aides proposées par Bpifrance, il faut citer :

  • Bourse French Tech 
  • Concours i-Lab 
  • Prix PEPITE 
  • Concours d'innovation.

Chacun de ces moyens de financement a ses avantages et inconvénients. À vous de choisir celui qui convient le mieux à votre projet. Téléchargez ce modèle gratuit pour créer un business plan structuré.

Business plan pour les start-ups

 Créez rapidement un business plan performant pour votre entreprise

Publication originale le 9 janvier 2020, mise à jour le 09 janvier 2020

Sujet(s):

Entrepreneuriat