Facile à calculer, le seuil de rentabilité détermine le montant du chiffre d'affaires que l'entreprise doit réaliser pour atteindre l'équilibre. Le ou la chef d'entreprise dispose ainsi d'un cap à suivre pour générer plus que le chiffre d'affaires minimum. 

>> Téléchargez ces modèles Excel professionnels à utiliser dès maintenant.

Voici la méthode à appliquer pour calculer le seuil de rentabilité, accompagnée de deux exemples concrets.

graphique représentant le seuil de rentabilité

Pourquoi calculer le seuil de rentabilité ?

Le seuil de rentabilité est une information essentielle pour les dirigeants d'entreprise. Grâce à lui, ceux-ci savent quel montant le chiffre d'affaires doit atteindre pour que l'entreprise couvre ses charges. Le calcul du seuil de rentabilité permet également d'établir un prévisionnel financier et de déterminer précisément quand l'entreprise sera capable de générer un bénéfice.

Le seuil de rentabilité s'impose donc comme le parfait indicateur de pilotage pour l'entreprise. En calculant rapidement son seuil de rentabilité, elle sait que :

  • Elle réalise un résultat nul si son seuil de rentabilité est atteint.
  • Elle réalise une perte si son seuil de rentabilité n'est pas atteint.
  • Elle réalise un bénéfice si son seuil de rentabilité est dépassé.

Calculer le seuil de rentabilité s'avère également utile pour corriger le prix de ses produits, revoir le montant de ses frais (coûts de production…) ou anticiper d'éventuelles pertes.

Il est aussi intéressant pour le ou la repreneur d'une entreprise, qui pourra en apprécier la rentabilité et établir une marge de sécurité si une baisse du chiffre d'affaires est constatée. De même, calculer son seuil de rentabilité est indispensable pour la présentation d'un dossier de demande de prêt auprès d'un établissement bancaire.

Bon à savoir : Le calcul du seuil de rentabilité permet de calculer le point mort. Cet indicateur s'exprime non pas en chiffre d'affaires comme le seuil de rentabilité, mais en jours. Grâce à lui, il est possible de savoir combien de jours d'activité sont nécessaires pour atteindre la rentabilité.

 

Comment calculer le seuil de rentabilité ?

Le seuil de rentabilité est généralement calculé tous les ans à partir du compte de résultat ou d'une balance comptable.

Formule de calcul du seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité s'exprime en chiffre d'affaires. Il se calcule à partir de la formule suivante : charges fixes ÷ ([chiffres d'affaires – charges variables] ÷ chiffre d'affaires).

Le taux de marge sur coûts variables s'obtient en effectuant le calcul suivant : (chiffre d'affaires – charges variables) ÷ chiffre d'affaires.

Ce calcul se base sur le chiffre d'affaires réalisé sur l'année N-1. Toutefois, dans le cas d'une entreprise en création, il n'y a pas d'historique de chiffre d'affaires. Le calcul se fait alors sur la base d'un prévisionnel de charges au regard de la concurrence, de la clientèle ciblée ou encore du coût des matières premières nécessaires. Il faut ensuite déterminer un prix de vente potentiel pour dégager la marge réalisée et calculer le seuil de rentabilité.

Bon à savoir : Il est possible de calculer le seuil de rentabilité en quantité de produits à vendre. Il faut alors diviser le seuil de rentabilité exprimé en chiffre d'affaires par le prix de vente d'un unique bien ou service.

Distinguer les charges variables des charges fixes

Pour que le calcul du seuil de rentabilité ne soit pas faussé, il faut bien faire la distinction entre les charges variables et les charges fixes.

Les charges fixes constituent la somme de toutes les charges qui n'évoluent pas avec l'activité, du moins pas avant qu'un certain palier ne soit franchi. Elles doivent généralement être payées, même si aucun chiffre d'affaires n'est réalisé. Parmi ces charges figurent :

  • Le loyer.
  • Les assurances.
  • Les abonnements.
  • Les honoraires d'intervenants.
  • Les impôts.
  • Les charges financières.

Les charges variables sont constituées de tous les frais dont le montant évolue parallèlement à l'activité de l'entreprise et donc à son chiffre d'affaires. Il s'agit, par exemple :

  • De l'achat des matières premières.
  • Du coût de fabrication des produits vendus.
  • Des frais liés au packaging.
  • Des contrats de sous-traitance.
  • Des frais de consommation d'énergie.

Bon à savoir : Sauf exception, les professionnels libéraux et les consultants n'ont généralement pas de charges variables. Il leur suffit alors de prendre en compte leur tarif horaire ou leur TJM (taux journalier moyen) ainsi que leurs frais fixes pour calculer leur seuil de rentabilité.

Exemples de calcul de seuil de rentabilité

Pour une entreprise achat-revente

Prenons l'exemple d'une entreprise qui exerce une activité d'achat-revente. Son chiffre d'affaires au cours de l'année N-1 est de 250 000 € et ses frais fixes sont évalués à 45 000 €. En outre, elle réalise une marge commerciale brute de 50 %.

Dans ce cas, le calcul du seuil de rentabilité est le suivant : 45 000 ÷ ([250 000 – 50 % x 250 000] ÷ 250 000 = 90 000 €.

Pour atteindre la rentabilité et couvrir ses charges fixes, cette entreprise devra réaliser un chiffre d'affaires d'au moins 90 000 €.

Évoquons à présent le cas de figure d'un restaurant qui réalise un chiffre d'affaires de 130 000 € sur l'année N-1. Ses charges fixes sont évaluées à 70 000 € et ses charges variables à 30 000 €.

Ici, le calcul du seuil de rentabilité est le suivant : 70 000 ÷ [(130 000 – 30 000) ÷ 130 000] = 91 027 €.

Pour un restaurant

Ce restaurant doit réaliser un chiffre d'affaires de 91 027 € pour commencer à générer des bénéfices.

Il est également possible de calculer le seuil de rentabilité en quantité. Si le restaurant vend des burgers pour un prix moyen de 14 €, le seuil de rentabilité en quantité se calcule comme suit : 91 027 ÷ 14 = 6 502 burgers. 

Le restaurant devra donc vendre 6 502 burgers pour réaliser un résultat nul.

 

Pour aller plus loin, téléchargez ces modèles et exemples Excel gratuits à utiliser dès maintenant.  Nouveau call-to-action

 Slide-in-CTA : Modèles et exemples gratuits Excel

Publication originale le 3 mai 2021, mise à jour le 29 novembre 2021

Sujet(s):

Comptabilité