Le bilan fonctionnel est une représentation particulière du bilan comptable où les postes sont réorganisés selon leur fonction et leur liquidité. Il indique d'où vient l'argent et comment il est utilisé au sein de l'entreprise. Le bilan fonctionnel est une approche analytique souvent utilisée par les gestionnaires.

 

>> Téléchargement : Guide sur l'intégration de la comptabilité aux services  clés d'une entreprise 

 

 

À quoi sert le bilan fonctionnel ?

 

Analyser la santé financière de l'entreprise

L'objectif d'un bilan fonctionnel est de pouvoir évaluer l'état financier de l'entreprise sous un autre angle que le bilan comptable. Il compare les ressources (la provenance des flux de trésorerie) et les emplois (comment ces flux sont utilisés). Il permet ainsi de mettre en évidence ce qui ralentit ou contribue au succès financier de l'entreprise. En cas de potentielles faiblesses, le bilan fonctionnel permet de décider des leviers d'action à utiliser.

Il permet aussi de mesurer la politique d'investissement mise en œuvre et de l'ajuster si nécessaire.

 

Apprécier l'équilibre financier

Le bilan fonctionnel permet de vérifier l'équilibre financier du modèle économique de l'entreprise. Plusieurs indicateurs peuvent ainsi être observés tels que:

Ce document permet de s'assurer que le modèle économique employé est stable. C'est un outil indispensable pour optimiser la gestion de trésorerie et assurer la pérennité de l'entreprise.

 

Quelle est la structure du bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel est établi à partir du bilan comptable de l'entreprise. Pour le réaliser, il est nécessaire de procéder à plusieurs réaménagements et reclassements. Plusieurs cycles sont mis en avant dans un bilan fonctionnel dont :

  • Le cycle durable où les investissements durables et les financements stables font l'objet d'une comparaison.
  • Le cycle d'exploitation où sont mis en avant les stocks, les dettes et les créances liés à l'exploitation.
  • Le cycle hors exploitation où figurent les autres dettes et créances.
  • Le cycle de trésorerie où sont représentées la trésorerie active et la trésorerie passive.

Ces cycles représentent la façon dont sont utilisées les liquidités.

 

Les reclassements du cycle d'investissement

En dehors des dépréciations et des amortissements qui doivent être ajoutés dans les capitaux propres des ressources stables, toutes les immobilisations présentes à l'actif du bilan doivent être reprises dans les emplois stables. C'est leur valeur brute qui doit être indiquée.

Il faut également ajouter aux emplois stables la valeur d'origine des immobilisations financées par le biais d'un crédit-bail.

Enfin, les intérêts courus non échus sur prêts doivent être ajoutés à l'actif circulant hors exploitation et retirés du poste immobilisations financières.

 

Les reclassements du cycle de financement

Plusieurs reclassements et réaménagements peuvent être réalisés dans ce cycle pour obtenir un bilan fonctionnel exploitable.

Ainsi, les amortissements sur les immobilisations obtenues grâce à un crédit-bail doivent être ajoutés aux capitaux propres. Leurs valeurs résiduelles doivent, quant à elles, figurer dans les dettes financières stables.

De même, les provisions pour risques justifiées sont ajoutées aux capitaux propres tandis que les provisions injustifiées doivent être indiquées dans les dettes d'exploitation ou hors exploitation en fonction de leur typologie.

Enfin, les intérêts courus non échus sur prêts doivent être ajoutés à la trésorerie passive, tout comme les découverts bancaires.

 

Les reclassements du cycle d'exploitation et hors exploitation

Le cycle d'exploitation comprend les stocks en cours, ainsi que les créances d'exploitation (charges constatées d'avance, TVA déductible, avances et acomptes versés…) et les dettes d'exploitation (dettes de TVA, produits constatés d'avance…).

Bon à savoir : Dans le cadre du cycle d'exploitation, plusieurs retraitements peuvent être faits en fonction des fluctuations relatives au taux de change.

Quant au cycle hors exploitation, il comprend le poste créances diverses. C'est notamment le cas des dividendes qui doivent être retirés des capitaux propres et ajoutés au passif hors exploitation.

 

Les reclassements du cycle de trésorerie

Le cycle de trésorerie du bilan fonctionnel voit deux réaménagements se faire :

  • Les valeurs mobilières de placement qui peuvent être rapidement cédées doivent être ajoutées à la trésorerie active.
  • Les effets escomptés non échus doivent être ajoutés à la trésorerie passive.

 

Exemple de bilan fonctionnel

Le bilan fonctionnel se présente sous la forme de deux colonnes. Il s'établit à partir de données brutes du bilan comptable.

À la verticale, il distingue les emplois (actifs) et les ressources (passifs). À l'horizontal, il précise l'origine de l'emploi ou de la ressource.

Il permet également de différencier les éléments financiers qui vont rester longtemps dans l'entreprise (c'est-à-dire les emplois et les ressources stables), des éléments destinés à l'exécution à court terme de l'entreprise (les actifs et les passifs circulants).

Chaque emploi (colonne de gauche) est associé à une ressource de financement (colonne de droite). Il doit donc y avoir un équilibre emplois / ressources.

exemple de bilan fonctionnel

 

Quelle est la différence entre le bilan comptable et le bilan fonctionnel ?

Le bilan comptable offre une visibilité sur le patrimoine que possède une entreprise à un instant T. Il s'agit d'une photographie représentant à la fois ce dont elle dispose et ce qu'elle doit. Il est réalisé à la clôture de l'exercice comptable.

Le bilan fonctionnel s'appuie sur le bilan comptable pour être réalisé.

Bien que ces deux éléments financiers soient liés, ils se distinguent par un élément :

  • Le bilan comptable met l'accent sur l'actif et le passif.
  • Le bilan fonctionnel s'appuie sur les emplois et les ressources agencés en fonction de leur utilisation et de leur degré de liquidité.

 

Bilan fonctionnel : que faire ensuite ?

Le bilan fonctionnel permet d'analyser l'entreprise par rapport à une vision court terme et long terme. Pour cela, il faut calculer les indicateurs suivants.

 

Calculer le fonds de roulement

Le fonds de roulement met en valeur les ressources dont dispose l'entreprise pour financer son exploitation courante. C'est la marge de sécurité qu'elle se constitue pour faire face à d'éventuels imprévus financiers.

L'objectif de cet indicateur est de mesurer la capacité de l'entreprise à financer les éléments destinés à rester longtemps au sein de l'entreprise grâce aux ressources à long terme.

Il s'obtient par la formule suivante :

Fonds de roulement = ressources stables - emplois stables

Lorsqu'il est positif, cela signifie que l'entreprise arrive à financer l'ensemble de ses immobilisations à travers ses ressources à long terme, tout en conservant un excédent d'argent.

S'il est négatif, cela met en avant que la situation de l'entreprise n'est pas pérenne. Elle ne dispose pas d'assez de moyens pour financer ses investissements à long terme. Ce qui sous-entend qu'elle devra contracter des dettes.

 

Évaluer le BFR

Le besoin en fonds de roulement correspond à la somme dont doit disposer l'entreprise pour financer son exploitation courante en attendant que ses clients la paient.

Pour l'obtenir, il faut faire le calcul suivant :

Besoin en fonds de roulement = actifs circulants - passifs circulants (hors trésorerie active et passive).

Lorsqu'il est positif, cela signifie que l'entreprise a un décalage de trésorerie entre ses encaissements et ses décaissements. Si le BFR augmente, il faut que de nouvelles ressources viennent le financer (un emprunt bancaire, par exemple).

À l'inverse, un BFR négatif est souvent constaté dans les entreprises qui réalisent des ventes au comptant.

 

Calculer la trésorerie nette disponible

La trésorerie nette disponible représente la somme dont dispose l'entreprise à un instant T. Elle concilie la vision à court terme avec la vision à long terme.

Dans le cas où l'entreprise arriverait à financer ce qui constitue sa structure et son activité opérationnelle, elle obtiendrait une trésorerie nette positive.

Elle s'obtient comme suit :

Trésorerie nette = fonds de roulement - besoin en fonds de roulement

Une trésorerie nette positive permettra à l'entreprise de mobiliser facilement de l'argent si besoin.

Communauté HubSpot

 

Pour aller plus loin, téléchargez ce guide gratuit et découvrez comment intégrer au mieux la comptabilité à votre entreprise pour une gestion performante et efficace.Comment intégrer la comptabilité aux services clés d'une entreprise ?

Publication originale le 9 janvier 2023, mise à jour le 21 janvier 2023

Sujet(s):

Comptabilité CRM comptabilité