Le mentoring, ou mentorat d'entreprise, est une pratique très répandue, tant dans les grands groupes que dans les startups. Au-delà de s'ancrer dans la tendance au bien-être au travail, le mentoring répond aux enjeux de croissance de l'entreprise et sert son image de marque.

>> Téléchargement : Rapport sur l'évolution du marketing 

Originellement, Mentor est le nom d'un personnage de la mythologie grecque qui s'illustra en tant que précepteur de Télémaque. Comme lui, le mentor aujourd'hui accompagne un « mentee », quel que soit son poste dans l'entreprise : du junior au dirigeant, chaque collaborateur peut être mentoré.

Aux débuts de la pratique, il était convenu de désigner un mentor senior pour un mentee junior. La pratique a évolué, le reverse mentoring a émergé et s'avère désormais très en vogue : le mentor n'est ni plus âgé ni plus ancien dans l'entreprise, il est un « digital native » qui accompagne un mentee de la génération précédente dans l'adoption des nouvelles pratiques du numérique et le familiarise à l'usage des outils technologiques. Le reverse mentoring est d'autant plus bénéfique dans le management d'équipes transgénérationnelles.

 

À quoi sert le mentoring ?

L'utilité du mentoring s'illustre au moment d'intégrer une nouvelle recrue, mais aussi lors d'un changement de poste en interne ou encore lorsqu'une difficulté survient de manière ponctuelle dans l'entreprise. Quoi qu'il en soit, le mentorat sert aussi bien les intérêts du mentee, de l'entreprise et du mentor.

 

Les bénéfices du mentoring pour le mentee

Le mentoring peut être mis en place en réponse à un besoin du mentee :

  • Un nouveau collaborateur qui arrive dans l'entreprise peut avoir besoin de se former rapidement aux pratiques propres à l'entreprise. La nouvelle recrue d'autre part peut avoir des difficultés à se sociabiliser, auquel cas il requiert de l'aide. Quel que soit le cas de figure, le mentoring bénéficie à la nouvelle recrue au moment de son intégration dans l'entreprise. La pratique est également utile à l'occasion de la réintégration d'un salarié au terme d'une longue absence. Exemple : à son retour de congé maternité, la salariée est accompagnée par un mentor pour intégrer les nouveaux process mis en place en son absence.
  • Le collaborateur qui évolue en interne, à un poste plus stratégique voire à des fonctions de dirigeant, doit acquérir sans tarder les bons réflexes pour être immédiatement opérationnel et surmonter la pression. Un mentor est alors utile à assurer la transition.
  • Le collaborateur en tout état de cause peut souhaiter monter en compétences pour atteindre des objectifs plus ambitieux, et développer ainsi sa carrière. S'adjoindre un mentor permet d'accélérer le process, via un apprentissage dédié et concentré sur une courte période.
  • Le mentoring, mis en place ponctuellement, permet aussi de pallier des difficultés occasionnelles. Exemple : les résultats d'un commercial sont en baisse à la sortie d'un nouveau produit ; le mentor l'accompagne à se former sur les technicités du produit et sur les arguments de vente efficaces.

Rapport sur l'évolution du marketing 2021

Téléchargez ce rapport et découvrez des données et des tendances collectées auprès de spécialistes du marketing, associées à des stratégies et à des pratiques d'excellence en la matière.

 

Les bénéfices du mentoring pour l'entreprise

Le mentoring sert également les intérêts de l'entreprise :

  • Le mentorat d'entreprise limite les démissions et le turnover : une étude Deloitte révèle que 22 % du turnover a lieu pendant les 45 premiers jours du salarié dans l'entreprise. En attribuant un mentor à la nouvelle recrue, l'entreprise favorise son intégration et limite le risque de démission.
  • Le mentoring remplit un objectif phare du management d'équipe : accompagner la montée en compétences, en effet, compte parmi les priorités du manager. D'une part car les résultats de chaque collaborateur importent au manager au point de donner du sens à son travail, d'autre part car la montée en compétences, aidée par le mentoring, accélère la croissance de l'entreprise. IME France relève 25 % de croissance annuelle moyenne pour les entreprises pratiquant le mentorat. Les collaborateurs mentorés en effet sont plus rapidement opérationnels et productifs.
  • Le mentoring améliore le bien-être au travail et l'image de marque de l'entreprise. Capgemini s'est illustrée sur ce point, en créant le programme de mentoring « Women@Capgemini France », ciblé sur l'intégration des femmes au sein de l'entreprise. L'entreprise a communiqué sur la progression de ses chiffres : le groupe a enregistré une hausse importante de la proportion de femmes à des postes stratégiques. Résultats : une meilleure égalité hommes-femmes au travail, garante du bien-être des collaborateurs, mais aussi une image de marque mise en valeur.

 

Les bénéfices du mentoring pour le mentor

Le mentor profite directement de la pratique : il se sent utile, il tire une satisfaction personnelle des résultats obtenus. La preuve en est récemment avec l'engagement massif d'une centaine de dirigeants d'entreprises qui s'expriment à ce sujet dans une tribune : « Et si demain, nous donnions chacun, quand nous le pouvons, quelques heures de notre temps chaque mois, pour aider un jeune à trouver sa voie dans la vie ? ». Les patrons de Free, de Carrefour ou encore de L'Oréal se positionnent en faveur du mentorat d'entreprise, en réponse à l'appel du président de la République : face au succès du mentoring, le gouvernement lance le mouvement #1jeune1solution et vise 200 000 binômes mentor-mentee à l'horizon 2022.

 

Qui peut être mentor ?

Être mentor nécessite un véritable engagement, et des qualités humaines : la personne fait preuve de bienveillance, d'écoute active et de disponibilité. Initialement, la mission est bénévole et confiée à un membre de l'entreprise, qui veille à effacer le lien hiérarchique avec son mentee le cas échéant. Mais le développement de la pratique fait émerger des mentors rémunérés, des prestataires externes qualifiés dont l'expérience est pertinente eu égard aux besoins identifiés d'un mentee.

 

Comment faire du mentoring ?

 

Former un couple mentor/mentee fonctionnel

La bonne relation mentor/mentee conditionne les résultats du mentoring : le mentor et le mentee doivent nouer un lien personnel et professionnel fort.

  • Sur le plan personnel : le mentoring est d'autant plus efficace lorsque le mentee peut placer sa confiance dans la personne de son mentor. Dans ces conditions en effet, le mentee reçoit favorablement les enseignements du mentor et en tire parti sans remettre en cause la fiabilité du savoir-faire, le process est ainsi accéléré. Il s'agit de trouver des profils correspondants, pour s'assurer une parfaite entente. À noter que le mentee peut rencontrer plusieurs mentors, jusqu'à trouver le meilleur match.
  • Sur le plan professionnel : l'accompagnement est utile à condition que l'expérience et les compétences professionnelles du mentor soient pertinentes eu égard au besoin du mentee. L'objectif en effet est de transmettre des connaissances opportunes, que le mentee peut exploiter de manière effective et immédiate.

Exemple : pour satisfaire l'enjeu de fonctionnalité du couple mentor/mentee, Engie utilise une plateforme digitale de mise en relation, Unatti. Les membres de l'entreprise configurent leur profil, et l'outil suggère les couples en fonction des attentes de chacun dans sa démarche de mentoring.

 

Cadrer la relation de mentoring

Si les échanges dans le cadre du mentorat d'entreprise sont relativement informels, il reste nécessaire de fixer un cadre pour assurer des résultats rapides.

  • Déterminer des objectifs : acquérir un savoir-faire dans un domaine, prendre connaissance des process utilisés dans l'entreprise ou encore s'intégrer dans l'équipe en tant que nouvelle recrue, par exemple.
  • Encadrer le mentoring dans le temps. La durée varie en fonction des objectifs à atteindre et du profil du mentoré.
  • Planifier des rencontres à une fréquence régulière.

 

Mesurer les résultats

L'entreprise qui pratique le mentoring cherche à améliorer sans cesse les résultats de sa démarche. À cet effet, le mentor et le mentoré sont interrogés afin d'évaluer leur ressenti. L'entreprise en tire les conséquences utiles, pour faire évoluer la pratique. Exemple : le mentor déplore la charge de travail supplémentaire liée au mentorat ; l'entreprise cadre mieux les échanges, en réduisant la fréquence des rencontres.

 

Communiquer sur la démarche de mentoring

L'entreprise communique sur le mentoring :

  • En interne, afin d'inciter les collaborateurs à solliciter à leur tour une période de mentoring si nécessaire.
  • Dans sa communication externe, via des articles de presse par exemple, pour renforcer son image de marque et attirer des talents séduits par la démarche.

 

Communauté HubSpot

Pour aller plus loin, téléchargez ce rapport sur l'évolution du marketing et découvrez des données et des tendances collectées auprès de spécialistes du marketing, associées à des stratégies et à des pratiques d'excellence en la matière.Rapport sur l'évolution du marketing

Publication originale le 14 janvier 2022, mise à jour le 14 janvier 2022

Sujet(s):

Management