Nous avons recensé pour vous cinq erreurs de débutant qui marquent la différence entre les comptes dont le rendement est performant et ceux qui ne rencontrent aucun succès. 

Téléchargez ce kit pour optimiser vos campagnes CPC sur Google AdWords 

Si vous n’êtes pas satisfait des résultats de votre PPC, utilisez cet article comme liste de contrôle pour redonner un coup de neuf à votre compte.

1 - Suivez de près votre compte Adwords

La principale raison pour laquelle la plupart des entreprises ne tirent pas le meilleur profit d’AdWords est un manque de connexions régulières.

Les managers CPC affirment tenir leurs comptes à jour. Pourtant, lorsque je consulte l’historique des modifications d’un compte AdWords classique, les statistiques racontent une toute autre histoire. En réalité, seul 1% des petites entreprises se connectent à AdWords de façon hebdomadaire.

Pour travailler efficacement avec cet outil, il faut vous engager à vous connecter et vous occuper de votre compte de façon régulière... parce qu'il ne va pas se gérer tout seul !

La bonne nouvelle, c’est qu’AdWords n’empiétera pas sur le reste de vos activités. La plupart des annonceurs consacre si peu de temps à l’optimisation de leur compte qu’il vous suffira de vous y connecter et d’y passer 30 minutes par semaine pour constater la différence (inutile d’y consacrer une journée entière, ou de vous connecter tous les jours).

2 - Tenez compte du niveau de qualité de votre PPC

Le niveau de qualité est souvent comparé à une boîte noire : on ne sait jamais exactement comment Google effectue ses calculs, ni exactement quelles dynamiques opèrent en coulisse lors de l’utilisation du moteur de recherche.

Ceci a conduit de nombreux annonceurs à conclure, à tort, que le niveau de qualité n’est pas une unité de mesure pertinente. Grossière erreur !

Le niveau de qualité moyen d’un compte est un révélateur extrêmement fiable de son succès global car il a un impact direct sur votre classement et votre service CPC (coût par clic).

Des CPCs plus faibles se traduisent par une baisse des coûts par conversion. En d’autres termes, optimiser le niveau de qualité revient essentiellement à optimiser les coûts !

Malheureusement, une petite entreprise classique a en moyenne un niveau de qualité évalué à 5, qui ne lui permet de réaliser aucune économie.

3 - N'ignorez pas le trafic mobile

Cela fait bien trop longtemps que les annonceurs AdWords ignorent la sphère mobile. Par le passé, diffuser une annonce AdWords sur mobile restait une tâche particulièrement compliquée parce que Google recommandait de créer des campagnes sur mobiles complètement distinctes. Désormais, avec le service Enhanced Campaigns, tout est beaucoup plus simple !

Pourtant, la plupart des managers CPC continue à faire fausse route en pensant que le trafic mobile a moins de valeur que celui généré par les ordinateurs de bureau.

Nous avons fait les deux découvertes suivantes :

  1. La conversion est plus rapide chez les utilisateurs de supports mobiles, qui sont souvent dans l’immédiat.
  2. Pour certaines entreprises, le trafic mobile est en réalité plus rentable. Nous avons constaté que plusieurs d’entre elles affichent un taux de conversion des clics mobiles supérieur, pour un CPC plus faible. Testez cette audience et ne présumez pas que la sphère mobile n’est pas faite pour vous !

Moins d’un compte AdWords sur cinq a mis en place des annonces mobiles. Assurez-vous d’être celui qui fait bien les choses !

4 - Ciblez les bons mots-clés

En tant qu’annonceur AdWords, vous disposez des informations relatives aux mots-clés. Pourtant, la plupart des comptes AdWords pâtissent d’un ciblage ineffectif des mots-clés.

Voici quelques-uns des problèmes que j’ai rencontré :

  1. Un choix excessif de mots-clés. Les mots-clés longues traînes sont plus rentables, en particulier dans des marchés niches compétitifs et pourtant, les annonceurs sont encore trop nombreux à se concentrer sur des termes trop généraux.
  2. Un choix excessif de mots-clés en requête large. Seule une petite entreprise sur quatre utilise le type de correspondance ’requête large’ par défaut, qui est parfait pour Google car il optimise le nombre de clics, mais inefficace pour vous, car ces clics sont moins susceptibles d’être pertinents pour votre offre.
  3. Un manque de mots-clés négatifs. Ceux-ci vous permettent de filtrer les clics indésirables et inutiles, et ils représentent un élément clé de la maîtrise des coûts. Pourtant, 20% des comptes AdWords n’utilisent aucun mot-clé négatif.

Ces erreurs de ciblage expliquent en partie pourquoi un protocole SMB classique gaspille un quart des investissements annuels effectués en matière de recherche payante.

Pour trouver les bons mots-clés pour vos campagnes PPC, consultez cet article qui vous aidera à trouver les mots-clés recherchés par vos clients.

5 - Créez une page de destination performante

Dans le cadre du modèle PPC, c’est sur la page de destination que se conclut une affaire. Vous pouvez orchestrer une campagne AdWords parfaite mais si vous ne construisez pas de pages de destination solides, les clics ne se convertiront pas en résultats...

Et vous savez quoi ? Il ne faut pas s’étonner à ce stade que de nombreux annonceurs n’aient pas encore pris conscience de l’importance des pages de destination :

  • Plus d’un compte AdWords sur quatre redirige tout son trafic PPC sur la même page de destination.
  • Environ une petite entreprise sur cinq redirige tous ses clics PPC vers la page d’accueil.

Rediriger tout votre trafic vers une seule et même page de destination, ou pire, vers votre page d’accueil, est une très mauvaise idée. Il vous faut une page de destination ciblée qui a pour unique objectif de convaincre les visiteurs d’accomplir l’action souhaitée.

Pour d'autres conseils pour améliorer vos campagnes AdWords, téléchargez notre kit gratuit qui vous aidera à organiser et à gérer vos campagnes. 

CTA-SEMrush-HubSpot

 CTA2

Publication originale le 10 novembre 2015, mise à jour le juin 08 2018

Sujet(s):

PPC