Le footer fait partie des éléments essentiels d'un site web. Situé dans la zone inférieure de la page, il suit l'internaute tout au long de sa navigation et constitue une sorte de « filet de sécurité » qui aide à le maintenir sur le site. Contrairement aux idées reçues, c'est un espace informationnel, voire engageant. Il est conseillé d'y intégrer les informations importantes du site. 

>> Téléchargement : Optimiser la performance de votre site web

Alors, comment faire du footer une zone de rétention des leads ? Comment bien le présenter pour éviter un taux de rebond trop important ? Voici les réponses.

 

exemple de footer web

 

Que sont les langages CSS et HTML

Téléchargez ce guide gratuit et découvrez les définitions, les différences et les éléments de code de base de ces deux langages de programmation pour gérer votre site web.

Footer HTML

La section correspondant au pied de page peut être codée en utilisant la balise <footer>. En tant que balise HTML, elle accepte tous les éléments du même langage. Ceux-ci peuvent être placés entre une balise ouvrante (<footer>) et une balise fermante (</footer>). Ils seront alors reconnus et identifiés comme des éléments informatifs de la zone de pied de page par les moteurs de recherche. La structuration HTML du footer peut aussi être complétée par une balise <address>, qui sert à intégrer les informations relatives aux droits d'auteur.

Pour s'assurer qu'un footer se place bien en bas de la page web, sa position doit être définie par rapport à la position globale de la page. Pour cela, deux options sont possibles et toutes deux demandent d'accéder au code CSS de la page. Dans le premier cas, la position « fixed » permet de positionner le footer en bas de toutes les pages (si l'utilisateur ne descend pas tout en bas, il ne verra donc pas le pied de page). Dans le second cas, la position « absolute » définit la position du footer en fonction de la page sur laquelle se trouve l'internaute.

Il est fortement conseillé de permettre à l'internaute d'accéder, via le footer, aux réseaux sociaux de l'entreprise. Pour cela, il faut ajouter les icônes des réseaux sociaux en question et y intégrer un lien vers les pages de l'entreprise ou bien intégrer un flux RSS accessible par un lien sur une image en HTML.

7 bonnes pratiques pour faire un footer

Techniquement, la création d'un footer dépend de la technologie utilisée pour développer le site web. S'il s'agit d'un CMS, il ne sera pas nécessaire d'accéder au code HTML pour apporter des modifications. En revanche, la structuration d'un footer en termes de contenu doit répondre à quelques règles de lisibilité, de manière à proposer une expérience utilisateur satisfaisante.

Inclure les informations légales du site web

Rédiger des mentions légales est obligatoire lors de la mise en ligne d'un site internet. Le footer est la zone idéale pour faire figurer un lien vers cette page de référence obligatoire, mais peu intéressante pour l'internaute lambda.

Dans le cas des sites marchands, il en va de même pour les conditions générales de vente et d'utilisation. Bien que celles-ci s'affichent généralement au moment de la validation du panier par l'internaute, il est judicieux de les rendre accessibles via le footer.

Enfin, les crédits ainsi que le copyright trouvent leur place au niveau du footer pour mentionner à la fois le créateur du site web et le nom du titulaire des droits d'auteur, ainsi que l'année de publication.

Intégrer la politique de confidentialité de la marque

Les informations relatives à la politique de confidentialité et, plus globalement, à la politique de traitement des données de l'entreprise propriétaire du site relèvent également d'une obligation légale. Ainsi, il est conseillé de les intégrer au footer, même de manière discrète, afin de pouvoir justifier d'une totale transparence vis-à-vis des utilisateurs.

La gestion des cookies sur le site est aussi concernée : si vous utilisez des cookies, vous devez en informer les utilisateurs. Placer cette indication au sommet du pied de page permet de ne pas camoufler d'autres données plus importantes tout en informant le visiteur dès son arrivée sur le site.

Ajouter des informations de contact

Les informations de contact, telles que le numéro de téléphone ou l'adresse e-mail, se retrouvent de plus en plus dans le header (haut de page ou en-tête). Bien que les normes évoluent en ce sens, il reste conseillé d'intégrer un lien vers un formulaire de contact dans le pied de page. Attention, il s'agit d'un simple lien : le formulaire de contact devra être développé sur une page web dédiée. De même, il peut être pertinent d'ajouter un lien vers la page « Qui sommes-nous ? »

En ce qui concerne le numéro de téléphone, l'inclure dans le footer est utile pour les entreprises qui disposent d'un service client réactif et/ou d'un service après-vente. Celles-ci peuvent par ailleurs mentionner leurs horaires d'ouverture ou de disponibilité dans le footer.

Enfin, les entreprises pour qui le référencement local est important peuvent intégrer un plan Google Maps dans leur footer.

Rediriger l'internaute vers les réseaux sociaux de l'entreprise

L'inclusion de liens vers les réseaux sociaux d'une marque ou d'une entreprise est de plus en plus ancrée dans l'esprit des internautes. Et ce, pour une bonne raison : les réseaux sociaux sont des canaux de communication complémentaires au site web. De plus, ils sont facilement repérables grâce à leurs différentes icônes, qui apportent un attrait visuel au footer.

Mentionner les pages les plus importantes du site pour guider les moteurs de recherche

Il y a encore quelques années, il était courant d'entendre dire qu'il fallait intégrer tout le plan du site dans le footer pour mieux référencer les pages sur les moteurs de recherche. Aujourd'hui, il est plutôt conseillé de ne pas faire un copier-coller du menu pour le placer dans le pied de page.

L'objectif principal est d'aider le visiteur à trouver son chemin. Il faut donc simplifier au maximum la hiérarchie des pages. En effet, un internaute regarde généralement en premier le menu et, s'il n'a pas trouvé ce qu'il cherchait, se rend dans le footer.

La stratégie la plus pertinente consiste à intégrer des requêtes SEO (les expressions que tapent les internautes avant d'arriver sur le site) dans le footer et les renvoyer vers les pages les plus importantes du site web.

Inclure une zone de call-to-action

L'efficacité de la zone de footer pour générer des opportunités de conversion n'est plus à prouver. Placer un call-to-action dans le footer, c'est donner une dernière chance à l'internaute d'aller plus loin dans la navigation.

Pour convertir un prospect et espérer le voir revenir, le call-to-action doit être engageant. Il peut s'agir, par exemple, de proposer un contenu téléchargeable qui détaille l'offre proposée avec plus de précision.

Dans tous les cas, il faut considérer cette zone comme la porte de sortie. Alors, autant faire en sorte de prolonger le tunnel de conversion.

Opter pour un design clair et épuré

Bien que le footer doive être mis en avant pour ressortir par rapport au reste du site web, son design doit être pensé en cohérence avec l'ensemble. Lors de sa conception, il faut donc prendre en compte la charte graphique (polices d'écriture, couleurs, éléments graphiques).

Plus globalement, le pied de page doit rester le plus clair et épuré possible. S'il est conseillé de ne pas le surcharger de texte, le design doit aussi faciliter la compréhension de l'information. De préférence, le contraste entre le texte et le fond du footer doit être élevé. Pour autant, mieux vaut s'en tenir à des couleurs basiques afin de conserver la fonction informationnelle du pied de page.

Pour aller plus loin, utilisez cet outil gratuit et évaluez votre site web en quelques secondes puis obtenez des conseils gratuits pour l'améliorer.Comment optimiser la performance de votre site web pour générer plus de trafic et de leads

Publication originale le 12 mars 2021, mise à jour le 20 mai 2021

Sujet(s):

Création de site internet