L'attractivité d'un site ne peut être dissociée de la qualité de l'expérience utilisateur. En effet, il convient d'accompagner l'internaute lors de sa navigation. Ainsi, il visite les pages de manière naturelle sans se retrouver gêner d'aucune manière. Voici une liste de conseils pour améliorer l'UX d'un site internet professionnel, et in fine booster les ventes.

Téléchargez cet e-book pour optimiser vos pages pour la génération de leads

Comment optimiser l'UX d'un site web ?

Améliorer l'expérience utilisateur sur un site internet suppose d'actionner un certain nombre de leviers essentiellement techniques :

  • Optimiser la navigation.
  • Améliorer le temps de chargement des pages.
  • Veiller à ne négliger aucun terminal (ordinateur, tablette, mobile).
  • Positionner les informations importantes au-dessus de la ligne de flottaison.
  • Tenir compte du comportement des internautes.

Simplifier au maximum la navigation sur le site

Un client qui entre dans un magasin veut pouvoir trouver facilement ce qu'il cherche. C'est la même chose pour un site web : il s'agit de guider l'internaute pour qu'il aille à l'essentiel.

Un soin tout particulier doit donc être apporté au menu, celui-ci étant destiné à tracer la voie pour l'utilisateur. L'optimisation de l'UX passe par un travail d'épurement du menu principal, qui se retrouve bien en vue sur le site (généralement dans la partie supérieure). Celui-ci doit contenir l'essentiel avec, au besoin, de courts menus déroulants. Il doit aussi suivre l'ordre logique des étapes suivies par l'internaute, le plus important d'abord (les pages « services » ou « offres ») et le reste ensuite (pages « équipe », « contact », « blog »).

Attention : par souci de clarté, le menu ne doit pas afficher plus de 6 éléments. Les pages de moindre importance peuvent être reléguées dans un menu secondaire en pied de page (mentions légales, liens vers les réseaux sociaux et autres). Cette volonté d'épurement au profit de l'expérience utilisateur doit s'étendre à l'ensemble du site. Design attractif et pas trop chargé, textes espacés pour offrir un maximum de visibilité, illustrations peu nombreuses et sélectionnées avec soin. Tout doit être pensé pour rendre la navigation agréable, jusqu'au choix des couleurs et de la police d'écriture.

 

Placer les éléments importants au-dessus de la ligne de flottaison

La ligne de flottaison désigne un trait imaginaire sous lequel le contenu d'une page web ne s'affiche plus sur un écran, sauf en faisant défiler celle-ci (à l'aide de la barre de défilement ou de la molette de la souris). Les informations situées au-dessus de cette ligne sont donc visibles d'emblée par l'internaute.  57 % du temps passé sur une page concerne ce contenu. D'après l'étude Scrolling and Attention (Nielsen, 2018), dix ans en arrière, 8 internautes sur 10 ne regardaient jamais en dessous de la ligne de flottaison. Placer les éléments importants dans cette portion de la page permet d'augmenter leur potentiel de visibilité et d'améliorer l'expérience utilisateur. Mais inutile d'en mettre trop, cela risquerait de brouiller le message. De plus, l'essor de la navigation web sur smartphone et tablette tend à casser la sacro-sainte ligne de flottaison en raison du format vertical et de la facilité de défilement induite par l'usage de l'écran tactile.

Améliorer la vitesse de chargement des pages

3 à 4 secondes : c'est le délai maximal que les internautes sont prêts à attendre pour voir s'afficher une page web. Chaque fraction de seconde supplémentaire augmente le risque de perdre des visiteurs. Selon une étude Radware de 2014 dédiée aux sites des revendeurs, un retard de 2 secondes sur le chargement d'une page entraînerait un taux d'abandon allant jusqu'à 87 %. Or 83 % des sites internet enregistrent des soucis de performance qui impactent la vitesse de chargement des pages.

Une bonne expérience utilisateur passe par une vigilance accrue portée aux freins qui peuvent alourdir une page et rallonger son temps d'affichage : poids des images, mauvaise qualité de l'hébergeur, absence de mise en cache et multiplication des plug-ins qui finissent par faire ralentir l'ensemble du site, trop grand nombre d'éléments sur une même page – tels sont les problèmes fréquemment rencontrés. Des outils comme PageSpeed Insights ou Pingdom permettent de repérer ces freins et d'apporter les correctifs nécessaires.

Veiller à l'accessibilité du site depuis n'importe quel appareil

Le mobile s'est imposé comme le premier support de navigation sur internet. D'après Médiamétrie, 46,3 millions d'internautes se connectent depuis un appareil mobile. Dans ce contexte, un site web doit absolument bénéficier d'un design adaptatif (aussi appelé « responsive design »). Il s'agit de la capacité à afficher les éléments aussi efficacement sur n'importe quel type d'écran. Le design adaptatif est l'un des piliers de l'expérience utilisateur en ce qu'il permet aux ressources web de moduler leur mise en page en fonction de la résolution de l'écran utilisé pour naviguer, de façon à ce que les textes, les images, les menus et les boutons apparaissent et soient lisibles et accessibles.

Analyser le comportement des visiteurs

L'UX n'est pas une notion générique. Il n'existe pas de recette toute faite à appliquer pour garantir une expérience utilisateur de qualité. Chaque site est différent, parce que chaque audience cible est différente. Il faut la connaître et évaluer ses besoins particuliers pour proposer un design et un parcours de navigation adaptés. Une fois le site mis en place, il s'agit également de comprendre comment les internautes naviguent et s'ils parviennent à atteindre leur but.

L'analyse du comportement des visiteurs est donc un élément essentiel de l'expérience utilisateur. Elle passe par la collecte de différentes informations : pages les plus visitées (et, à l'inverse, les plus délaissées), « points chauds » (les points d'une page sur lesquels les internautes cliquent en majorité), portions des pages qui sont effectivement vues (avec ou sans défilement), parcours type des utilisateurs (par le biais du menu ou des liens internes), et taux de conversion des visiteurs en clients (grâce à une navigation intuitive). Pour cela, des outils génériques comme Google Analytics, ou plus pointus comme Jaco, Clicktale et Piwik, peuvent vous venir en aide.

Pour aller plus loin, consultez cet e-book gratuit sur l'optimisation des pages de destination.

Comment optimiser une page de destination pour la génération de leads

 

Crédit image Franz Harvin Aceituna sur Unsplash

Publication originale le 8 novembre 2019, mise à jour le 08 novembre 2019