Les charges fixes et variables sont essentielles à la définition d'une stratégie d'entreprise. En effet, comprendre leur différence afin de maîtriser la variabilité des coûts permet à l'entreprise d'être flexible et de pouvoir faire face à une éventuelle baisse de son activité.

Téléchargez ce modèle de tableau KPI et évaluez la situation de votre  entreprise.

L'analyse de ces deux types de charges, qui fait partie du prévisionnel financier, va permettre à l'entreprise d'évaluer sa rentabilité grâce à deux indicateurs clés que sont la marge sur coût variable et le seuil de rentabilité.

D'autre part, la répartition entre charges fixes et variables influence :

  • La politique commerciale : prix, choix des points de vente, des fournisseurs.
  • La rapidité de croissance de l'entreprise.
  • La profitabilité de l'entreprise.

Qu'est-ce que les charges fixes ?

Les charges fixes, également appelées « charges de structure » ou « charges structurelles », sont indépendantes du chiffre d'affaires d'une entreprise. Elles évoluent par paliers et restent stables durant toute la durée d'un exercice comptable quelle que soit la quantité de marchandises produites ou le nombre de ventes réalisées par l'entreprise.

Les charges fixes impliquent une périodicité de règlement et doivent donc être prévues dans la comptabilité de la structure commerciale.

Le montant de la location d'un bâtiment à usage professionnel, par exemple, est une charge fixe qui ne varie pas d'un mois sur l'autre en fonction de l'activité. Cependant, le loyer peut être revalorisé tous les ans.

Comment calculer les charges fixes ?

Le montant des charges fixes est une notion clé du seuil de rentabilité d'une entreprise. Celui-ci, également appelé « point mort », désigne le revenu minimal à atteindre pour que l'entreprise ne réalise ni bénéfice, ni perte. Il se traduit en chiffre d'affaires, en nombre de jours de chiffre d'affaires ou en volume d'activité. Il est atteint dès lors que le montant des charges est strictement égal à celui des produits générés, autrement dit lorsque coût fixe et MSCV (Marge sur Coût Variable) sont d'un montant identique.

La formule du seuil de rentabilité est : (Chiffre d'affaires x Coûts fixes) / Marge sur coût variable.

En fonction de son point mort, une entreprise peut être rentable dès ses premières ventes, si ses charges fixes sont basses comme dans le cas de l'auto-entrepreneuriat par exemple. À l'inverse, si l'entreprise fait face à des charges fixes très importantes, elle peut se retrouver déficitaire malgré un chiffre d'affaires conséquent.

Le calcul du seuil de rentabilité est à réaliser :

  • À la création de l'entreprise.
  • En cas de reprise d'une entreprise.
  • Tout au long de l'existence de l'entreprise et doit être comparé dans le temps.

Qu'est-ce que les charges variables ?

Les charges variables, également appelées « charges d'activités » ou « charges opérationnelles », varient en fonction de l'activité d'une entreprise et de l'augmentation de son chiffre d'affaires.

Elles évoluent dans le temps en fonction des ventes de l'entreprise. Si celle-ci fait face à une baisse de commandes, les charges variables vont également baisser. À l'inverse, si les ventes sont en hausse, les charges variables vont augmenter. Et si le chiffre d'affaires est égal à zéro, il n'y aura plus de charges variables.

Dans le cas d'un établissement de restauration rapide par exemple, les charges variables correspondent aux ingrédients utilisés pour la réalisation des sandwichs, aux emballages ou encore aux frais de livraison à domicile. Ils varient chaque jour en fonction du nombre de commandes.

Comment calculer les charges variables ?

Les charges variables sont en général estimées en pourcentage du volume des ventes réalisées, des quantités produites vendues ou du chiffre d'affaires réalisé. Il est important d'avoir une vision claire de ce type de charges, car elles permettent le calcul de la marge sur coût variable, qui est un indicateur financier clé pour l'entreprise.

La formule de calcul de la marge sur coût variable est égale au chiffre d'affaires auquel est soustrait le total des charges variables. Si la marge sur coût variable est supérieure aux charges fixes, alors l'entreprise est bénéficiaire.

Exemples de charges fixes

Les charges fixes sont liées au fonctionnement et à la structure d'une entreprise et sont généralement payées mensuellement. Dans la catégorie des charges fixes, vous trouvez notamment :

  • Les loyers immobiliers et mobiliers (location de matériel, de véhicules, etc.).
  • Les abonnements de téléphonie, électricité et gaz.
  • Les dotations aux amortissements d'immobilisation.
  • L'assurance.
  • Les salaires administratifs et charges sociales (hors salaires rémunérés à l'objectif).
  • Les intérêts de prêts bancaires.
  • Les abonnements.
  • Les charges fiscales.
  • L'entretien des locaux.

Exemples de charges variables

Les charges variables sont dynamiques et sont dépendantes de l'activité de l'entreprise. Elles regroupent, entre autres, les postes suivants :

  • Les achats de matières premières.
  • Les frais de packaging.
  • Les contrats de sous-traitance.
  • Les frais de transport.
  • La rémunération du personnel opérationnel.
  • Les commissions.
  • Les coûts de distribution.

Il convient également de distinguer les charges mixtes ou semi-variables comme l'électricité ou la téléphonie, qui devront être analysées comme une charge fixe pour la partie abonnement et comme une charge variable pour la partie consommation.

Pour aller plus, téléchargez ce modèle de tableau KPI et faites en usage pour évaluer la situation de votre entreprise.Bottom-CTA : Tableau KPI

 Slide-in-CTA : Modèle de tableau KPI

Publication originale le 7 septembre 2020, mise à jour le 09 septembre 2020