Le Poka-Yoke, également nommé détrompeur en français, est un système anti-erreur. Celui-ci a pour objectif de détecter un potentiel dysfonctionnement avant qu'il ne se produise. Ce concept vise donc le zéro défaut. Développé notamment dans l'industrie, il s'agit d'un processus d'amélioration continue.

>> Téléchargement : Modèles d'analyse concurrentielle  

 

Qu'est-ce que le Poka-Yoke ?

Le Poka-Yoke désigne, à l'origine, un concept inventé par l'entreprise Toyota, dont le but est d'éviter toute erreur dans la conception d'un produit. Il permet de détecter un défaut avant même son apparition. Son rôle est alors préventif.

Par extension, le Poka-Yoke doit éviter toutes les erreurs humaines qui peuvent altérer la bonne mise en œuvre d'un processus. Il s'intègre dans le concept d'amélioration continue propre au lean management. En anticipant dans le processus de conception d'un produit, les probables erreurs et leurs raisons, cela permet de les éviter.

 

Quel est l'intérêt du Poka-Yoke pour les entreprises ?

Le Poka-Yoke évite tout défaut ou toute erreur humaine dans un processus. D'un point de vue technique, cela permet à l'entreprise de mieux maîtriser ces derniers en corrigeant les défauts possibles, ou en améliorant les produits lors de la phase de production. Pour l'utilisateur, c'est aussi le gage d'avoir un produit avec lequel peu d'erreurs d'utilisation sont possibles. Cela permet d'anticiper les incidents liés à un mauvais usage du produit, voire d'éviter les éventuelles poursuites en cas de blessures et de dépôts de plainte. Le Poka-Yoke a donc une utilité, à la fois pour la société qui le met en place et pour l'utilisateur du produit.

C'est un outil qui n'est pas onéreux et permet de maîtriser la création et le développement d'un produit. Prévoir un dispositif anti-erreur est plus rentable que de devoir repenser le produit lui-même.

Si une pièce est produite avec une erreur, et que cela n'apparaît qu'en fin de production, alors la pièce sera inutilisable. Si l'erreur sur la chaîne de production est anticipée et empêchée par le Poka-Yoke, la pièce ne peut pas avoir de malfaçon.

Comment faire une analyse concurrentielle ?

Téléchargez ces modèles gratuits pour étudier votre marché et vérifier la viabilité des projets que vous comptez lancer.

 

4 exemples d'utilisation de Poka-Yoke

Il existe diverses applications de Poka-Yoke. En voici 4 exemples parmi les plus courants.

 

Dispositif anti-erreur de saisie ou de chronologie

Toutes les données doivent être saisies par un utilisateur pour accéder à la suite d'un processus, ou bien ces dernières doivent être saisies dans un ordre précis. Dans le premier cas, c'est par exemple, lorsqu'un internet est face à un formulaire à remplir sur un site internet qui ne peut pas être validé s'il est incomplet. S'il manque l'un des champs, un message d'erreur apparaît.

Dans le second cas, cela peut être la nécessité de respecter une procédure pour mettre en marche un appareil et éviter un défaut de fonctionnement. Alors, une alerte retentit ou un message apparaît si la machine a un écran.

 

Système anti-erreur de contact

Une seule position d'une pièce ou une seule configuration est possible, par exemple sur une chaîne de montage. Si cette pièce est mal positionnée, une alerte ou une sécurité se déclenche automatiquement. C'est ce type de Poka-Yoke que l'on retrouve sur un micro-onde, qui ne se met en marche que si la porte est bien fermée, ou une tondeuse qui s'arrête lorsque l'utilisateur lâche la poignée.

 

Outils de mesure

Différents détecteurs sont installés pour permettre de mesurer des données telles que la température, la vitesse ou la distance. Ils peuvent prendre la forme de compteurs qui indiquent qu'une limite est atteinte. Un signal avertit l'opérateur qu'il y a une défaillance, ou bloque le système jusqu'à ce que le problème soit résolu.

 

Les marquages

Les marquages peuvent prendre différentes formes selon leur usage :

  • Un plan de montage : le poste de travail inclut un plan pour montrer l'assemblage d'une ou plusieurs pièces.
  • Un plan de manutention : un objet doit être manipulé uniquement dans une certaine position, alors un panneau indique précisément comment cette manipulation doit être menée.
  • Les codes couleur : ils permettent de reconnaître quels sont les éléments qui vont ensemble, alors même que, sans ce code, il serait difficile de les différencier. Par exemple, des fils de couleur identique devront être branchés ensemble.
  • Les étiquetages : ils indiquent quels produits sont présents dans un contenant, ou quel est le produit à placer dans un contenant spécifique. Les étiquettes sont parfois utilisées d'une autre manière : éditer un code-barre peut être la dernière action qui valide qu'une pièce a été produite. Dans ce cas, le nombre précis de pièces éditées est déterminé par le nombre d'étiquettes imprimées. C'est utile également pour la gestion des stocks.


Pour aller plus loin, téléchargez ces modèles gratuits d'analyse concurrentielle pour étudier votre marché et vérifier la viabilité des projets que vous comptez lancer.
Modèles d'analyse concurrentielle

Publication originale le 5 août 2021, mise à jour le 24 novembre 2021

Sujet(s):

Contrôle de gestion