Intégrer un incubateur de start-ups, c'est le choix que font de plus en plus de nouvelles entreprises en France. Si cette solution peut effectivement faciliter le lancement d'une activité, la structure doit être choisie avec soin et l'entrepreneur doit parfois remplir des conditions d'admission spécifiques.

>> Téléchargement : Le modèle de business plan performant pour votre entreprise

Voici 8 grands incubateurs français et comment les intégrer. 


Agoranov 

Récompensée par le Label Paris Innovation décerné aux meilleurs incubateurs parisiens, Agoranov a déjà incubé plus de 460 projets de start-ups spécialisées dans les domaines des sciences et des technologies, parmi lesquels la LegalTech legalstart.fr, par exemple. Agoranov accompagne les entrepreneurs de 3 secteurs d'activité : la santé, le numérique et l'industrie greentech. En intégrant son programme d'incubation, le jeune entrepreneur bénéficie des services suivants :  

  • Un hébergement : l'incubateur dispose de 2 300 m² d'espace de travail à Paris. L'entrepreneur peut y avoir un bureau privé ou en open space, et accède à des salles de réunion ainsi qu'à des espaces de convivialité. 
  • Un chargé d'affaires : l'entrepreneur est accompagné par un interlocuteur dédié, spécialisé dans le domaine de compétences de la jeune start-up. Il est en outre conseillé par une équipe aux profils variés, et partage avec la communauté d'anciens incubés d'Agoranov. 
  • Un programme d'accélération : des professionnels externes animent des formations et des évènements pour faire monter le jeune entrepreneur en compétences. La start-up accède en outre au réseau d'investisseurs de l'incubateur, pour augmenter ses chances de réussir une levée de fonds

Le créateur d'entreprise transmet sa candidature en ligne. Après étude du dossier d'admission, l'équipe Agoranov convoque le candidat pour une présentation devant un comité d'experts, qui prend la décision finale de sélection. 

  

Station F

Avec un campus de 51 000 m² dans le treizième arrondissement de Paris, 600 chambres pour loger les entrepreneurs et une communauté de plus de 150 fonds d'investissement, Station F est le plus grand incubateur de start-ups au monde. Cette couveuse d'entreprises propose 30 programmes d'accompagnement : le programme Launch by STATION F, par exemple, permet d'acquérir les compétences entrepreneuriales de base via une plateforme en ligne ; le Founders Program pour sa part permet aux créateurs de start-ups d'accéder à toutes les ressources du campus à plein temps ; le FemTech Program est destiné quant à lui aux projets innovants en matière de santé des femmes. À noter, en outre, que Station F a conçu un programme spécifique pour les porteurs de projets ayant peu de ressources financières ou de diplômes, destiné par exemple aux personnes issues des quartiers défavorisés ou aux réfugiés. Cybersécurité, FinTech, jeux vidéo ou encore luxe : tous les projets innovants ont leur chance. 

Le processus d'admission se déroule à l'automne. L'entrepreneur candidat doit être en phase précoce de développement, et se consacrer à sa jeune start-up à plein temps. La sélection est effectuée, entre autres critères, sur la base d'un prototype concret ou de KPIs. 

  

La Ruche

Créée en 2008 à Paris, La Ruche s'est implantée dans d'autres villes au point de former un véritable réseau d'incubateurs s'étendant de la capitale à Marseille, en passant par Bordeaux, Montpellier, Saint-Nazaire ou encore Saint-Germain-en-Laye. 

L'incubateur accompagne la naissance et le développement de projets responsables, pour promouvoir l'innovation sociale. Parmi ses incubés, par exemple, la solution Toovalu : un logiciel de pilotage de la stratégie climat et RSE des entreprises. La Ruche propose plusieurs programmes d'incubation, en fonction de l'objectif et du profil de l'entrepreneur. Le programme « Les Audacieuses », par exemple, est destiné aux femmes n'ayant pas encore créé leur structure ou se trouvant à la tête d'une entreprise jeune de moins de 18 mois. La start-up bénéficie de 9 mois d'accompagnement gratuit avec, entre autres :  

  • Un coaching personnalisé en leadership. 
  • Des ateliers de formation pratique. 
  • L'accès à un bureau à mi-temps. 
  • La possibilité de remporter un prix. 

  

The Family

Situé en plein cœur de Paris, The Family propose un accompagnement particulier : deux fois par an, l'incubateur sélectionne 50 start-ups et les accompagne dans leur croissance, en échange d'une prise de participation à hauteur de 5% de leur capital. Pendant 6 mois, l'entreprise bénéficie d'un coaching intensif par des experts. Le programme se clôture avec le « Demo Day » : le fondateur fait le pitch de son projet en ligne auprès du réseau d'investisseurs de l'incubateur. The Family assiste ensuite la start-up dans la finalisation de sa levée de fonds, et continue de l'accompagner sur une durée illimitée à l'occasion de ses développements futurs. 

À noter que The Family ne propose pas d'héberger les bureaux de ses incubés, et fournit un accompagnement sur la base du volontariat : le créateur de start-up décide librement de participer aux conférences et aux ateliers de son choix. 

  

Le BIC de Montpellier 

La réputation du BIC de Montpellier, Business & Innovation Centre, dépasse les frontières : dès 2018, il se place à la deuxième position des meilleurs incubateurs de start-ups du monde. Et les chiffres confirment la qualité de son accompagnement, puisque le taux de réussite des entreprises à 3 ans s'élève à 92%. 

Catalyseur pour les entreprises innovantes, le BIC de Montpellier propose des services à toutes les étapes de maturité de la start-up, sur une durée de 3 à 5 ans :  

  • Un accompagnement par un coach référent : de l'idée au développement, l'incubateur permet à la start-up d'accéder à des services en conseil stratégique et assiste le jeune entrepreneur dans sa levée de fonds. 
  • Des outils à disposition gratuite : l'incubé utilise les ressources du BIC de Montpellier, et notamment son outil de business plan. 
  • Un hébergement en pépinière : le programme de l'incubateur inclut un hébergement sur l'un de ses 3 sites d'incubation. Numérique, cleantech ou entreprise internationale : chaque secteur innovant accède à une pépinière dédiée. 

Le programme, très sélectif, est accessible à tous les secteurs d'activité, dès lors que le projet est innovant : des start-ups spécialisées IoT, e-santé, FoodTech ou encore cybersécurité y ont déjà été incubées. Le BIC de Montpellier favorise particulièrement les start-ups qui valorisent l'engagement sociétal et environnemental. 

  

Le Tremplin

Le Tremplin soutient l'innovation dans la filière sportive. Cet incubateur spécialisé a été lancé en 2015 par Paris&Co, l'agence de développement économique et d'innovation de Paris. Depuis, Le Tremplin a déjà incubé plus de 100 start-ups, dont Running Care, par exemple, qui développe une application santé dédiée aux runners. Parmi ses points forts :  

  • Son environnement sportif : Le Tremplin est situé stade Jean-Bouin, dans le seizième arrondissement de Paris. C'est dans ce cadre que se déroulent les formations et qu'ont lieu les interventions animées par les professionnels. 
  • Ses infrastructures : open spaces, bureaux privatifs et équipements sportifs prennent place sur 3 000 m2 d'espace d'incubation. 
  • Ses formations : la start-up accède à des formations aux métiers du sport et bénéficie de modules de sensibilisation à l'innovation dans le domaine sportif. 
  • Ses relations grands comptes : l'incubateur met à disposition de ses incubés un vaste réseau pour accroître sa visibilité par voie de presse, accélérer son développement et profiter d'opportunités d'affaires. 

À noter que l'accompagnement, sur 1 à 2 ans, n'inclut pas les frais d'hébergement. 

  

EuraTechnologies  

EuraTechnologies, est le pôle d'excellence numérique de la Métropole européenne de Lille. Cette vaste structure propose des programmes intensifs d'incubation de start-ups, en fonction du stade de développement du projet : pré-incubation, incubation et accélération. Le programme START, notamment, offre un accompagnement sur 80 jours, au cours desquels le jeune entrepreneur profite d'un coaching individualisé, de formations thématiques et d'un parrainage par des entrepreneurs d'EuraTech. Ce programme propose en outre un accès gratuit au TechShop, un fablab dédié à la réalisation de prototypes et à la formation aux machines, ainsi qu'un financement jusqu'à 15 000 € sous conditions. 

EuraTechnologies est présent sur 4 campus : Lille, Roubaix, Saint-Quentin et Willems. Les candidatures s'effectuent en ligne. 

  

Nubbo   

Spécialisé dans les secteurs de la biotech, de l'électronique, de la chimie et des logiciels web, Nubbo est ancré dans la ville de Toulouse. À la fois incubateur et accélérateur de start-ups, Nubbo est particulièrement réputé pour :  

  • La qualité de son accompagnement : après 3 ans, 92% des start-ups incubées sont toujours en activité. 
  • Son soutien financier conséquent : le programme d'incubation donne accès à une aide de 50 000 € sans intérêts, sans caution personnelle ni prise de participation de la part de l'incubateur. 

L'entrée au programme d'incubation est soumise à une condition : les start-ups candidates doivent d'abord intégrer le programme de pré-incubation d'un mois pour tester leur idée. À son terme, seuls les projets les plus convaincants sont retenus pour le programme d'incubation, d'une durée de 12 mois. Pour aller plus loin, ce dernier permet ensuite de rejoindre un programme d'accélération de 6 mois, donnant également accès à une aide de 50 000 €. 

Comment créer un business plan performant pour votre entreprise ?

Téléchargez ce modèle gratuit et formalisez votre projet facilement.

 

  

Sélectionner les incubateurs potentiels   

Les conditions d'intégration varient d'un incubateur de start-ups à l'autre, c'est pourquoi il est important dans un premier temps de prendre connaissance des modalités d'accès imposées par chacun. Les incubateurs gérés par les collectivités locales, par exemple, sélectionnent les projets qui profitent à l'économie de la région ; l'incubateur créé par un grand groupe industriel, de son côté, privilégie les start-ups de son domaine d'activité. Pour certains incubateurs, c'est le niveau de maturité du projet qui conditionne l'accès au programme, alors que d'autres exigent de suivre un parcours d'intégration très spécifique. L'incubateur de start-ups peut même imposer des conditions liées au profil de l'entrepreneur : inutile pour le créateur d'entreprise de postuler à un programme réservé aux femmes entrepreneuses s'il est un homme, par exemple. 

Il faut donc commencer par identifier le bon incubateur, en prenant le temps d'étudier le type d'entreprises qu'il soutient. Lorsque le choix est large, l'entrepreneur pour trouver la bonne structure d'accompagnement peut se baser sur les critères suivants :  

  • La situation géographique : idéalement, la start-up trouve un incubateur dans la ville ou la région de son domicile. Intégrer une structure éloignée est envisageable, mais il faut tenir compte des coûts que cela entraîne en termes de déplacements, et d'hébergement lorsque le service n'est pas inclus au programme. 
  • Le secteur d'activité : la jeune entreprise a tout intérêt à sélectionner des incubateurs spécialisés dans son domaine d'activité. Elle profite ainsi d'un réseau adapté pour parfaire ses compétences et rencontrer des partenaires utiles. 
  • Les services proposés : la start-up dresse la liste de ses besoins et de ses attentes et vérifie que l'incubateur propose les services adaptés. Soutien financier, formation, équipements : chaque incubateur conçoit en effet une offre d'accompagnement distincte. 

  

Contacter les incubateurs   

Même si les sites web des incubateurs communiquent de nombreuses informations utiles, il est recommandé d'appeler directement la structure avant de candidater. Cela permet :  

  • D'obtenir des précisions sur les modalités d'admission. 
  • De s'assurer de la faisabilité du projet, surtout lorsque celui-ci en est encore à ses balbutiements. Selon les cas, le référent de l'incubateur peut conseiller d'intégrer plutôt un programme de pré-incubation, ou de mûrir davantage le projet avant de revenir vers lui. 

Si l'interlocuteur semble vivement intéressé, l'entrepreneur dépose rapidement sa candidature. Habituellement, il existe un espace dédié sur le site de l'incubateur : il permet de télécharger le dossier, voire-même de le remplir directement en ligne. 

  

Monter le dossier de candidature

Cette étape est primordiale, le candidat y apporte le plus grand soin. Les documents requis varient d'une structure à l'autre, mais la plupart des incubateurs exige a minima un business plan complet, comprenant :  

  • L'executive summary, ou résumé opérationnel, qui donne un aperçu du projet et suscite l'envie de poursuivre la lecture du document. 
  • Une présentation détaillée du projet, qui informe notamment sur le besoin auquel le produit ou le service répond. 
  • Une étude de marché. 
  • La présentation de la future équipe. L'objectif consiste à démontrer que les compétences complémentaires des membres garantissent la réussite du projet. 
  • Une description des besoins de l'entrepreneur nécessaires à concrétiser son projet de start-up. 

Le candidat mentionne en outre la durée ou le type d'accompagnement souhaité, en fonction des programmes proposés par l'incubateur de start-ups. Pour la majorité des structures d'incubation, disposer dès cette étape d'un prototype fonctionnel n'est pas obligatoire. Cela peut toutefois être apprécié et permettre de faire la différence, notamment lorsque les places sont très limitées. Le cas échéant, le candidat indique donc l'existence d'un prototype dans son dossier de candidature. 

De manière générale, le dossier de candidature est le premier argument du candidat au programme d'incubation. Pour convaincre, le jeune entrepreneur peut donc inclure tous éléments prouvant le sérieux de son projet. Ce n'est que si le dossier est retenu que le candidat accède à l'étape suivante de l'entretien, pour valider définitivement son intégration au programme d'accompagnement. 

  

Passer l'entretien 

Lorsque le dossier de candidature est accepté, le porteur de projet est invité à passer un entretien avec le « comité de sélection ». La composition du comité varie d'une structure à l'autre, mais inclut le plus souvent : le responsable de l'incubateur, des entrepreneurs expérimentés et des experts sur le secteur d'activité du projet. Des investisseurs potentiels peuvent aussi être présents. 

Habituellement, le candidat est invité à présenter brièvement son projet, à la suite de quoi les membres du comité lui posent des questions. Comme il s'agit généralement de la dernière étape pour valider l'inscription au programme, il est recommandé de préparer très soigneusement cet entretien. Concrètement, c'est à l'occasion de l'entretien que le jury doit ressentir l'enthousiasme, la motivation et le sérieux du candidat. Pour passer avec brio cette étape délicate, il est notamment conseillé de :  

  • Bien réfléchir aux raisons qui incitent à demander l'aide de l'incubateur. Dans les faits, les jurés acceptent rarement les personnes cherchant uniquement une solution d'hébergement : les candidats ayant un réel besoin d'accompagnement sont privilégiés. 
  • Venir si possible avec un prototype fonctionnel pour faire la démonstration du produit ou du service innovant. 
  • Faire preuve de souplesse et d'ouverture d'esprit en cas de critiques sur le projet. 

Une fois l'entretien réussi, le candidat intègre l'incubateur. À noter que certaines structures prévoient un entretien de présélection avec l'équipe d'accompagnement, préalablement au passage devant le comité. 

Communauté HubSpot 


Téléchargez ce modèle gratuit et créez facilement un business plan pour votre entreprise. Nouveau call-to-action

Publication originale le 30 mars 2022, mise à jour le 30 mars 2022

Sujet(s):

Startup