Alors que les compétences managériales s'acquièrent par la formation, le leadership repose en partie sur des qualités innées, bien qu'il puisse aussi être appris. Au sein d'une organisation, le manager correspond à un statut officiel et à une place précise dans l'organigramme. Le leader, quant à lui, est reconnu comme tel, sans forcément posséder une fonction spécifique dans l'entreprise. Il est légitimé par les autres, et non par son titre. Management et leadership dépeignent donc deux réalités différentes, mais complémentaires.

 

>> Téléchargement : Rapport sur l'évolution du marketing 

Les principes du leadership

Pour être un bon leader, il est important de posséder certains traits de caractère, bien au-delà des compétences. C'est en effet la personnalité d'un individu qui lui permet d'avoir du leadership. Un leader est animé par de grandes valeurs et de réelles qualités humaines.

 

L'exemplarité et l'humilité

Le comportement d'un leader est déterminant pour dicter celui de ses collaborateurs. Ses convictions et ses principes doivent transparaître dans ses actions : il est essentiel de montrer l'exemple. Avoir du leadership, c'est être capable de fournir soi-même l'effort qui est demandé aux autres. Véritable modèle, le leader est conscient que le succès est collectif. Cette humilité est définie par Jim Collins, consultant spécialisé dans la croissance des entreprises, comme la qualité la plus importante des grands leaders.

 

Le charisme et l'ambition commune

Le leadership se reconnaît aussi par une certaine forme de charisme, qui permet de s'imposer en douceur. Être un leader charismatique, selon le sociologue Max Weber, c'est posséder une aura spécifique, liée à un tempérament exemplaire. Les collaborateurs peuvent décider de s'exécuter face à l'autorité naturelle d'une personne, et non face à son pouvoir : c'est son charisme. Avoir une position de leader, c'est donner aux autres l'envie de réaliser des projets communs, sans les y contraindre. 

 

La confiance et la communication

Pour Warren Bennis, auteur expert en leadership, les bons leaders doivent faire sentir aux gens qu'ils sont au cœur des choses, et non à la périphérie. Le leadership repose en effet sur une grande intelligence émotionnelle et une réelle empathie. Comme pour toute relation humaine, la confiance est le maître-mot : il faut savoir accorder de l'autonomie et de la liberté, pour que chaque collaborateur puisse se sentir impliqué. Cet épanouissement est gage d'une plus grande performance.

 

La vision et l'ouverture d'esprit

Le caractère visionnaire est indissociable du leadership. Diriger, c'est avant tout avoir une vision et la partager avec les autres, pour les inspirer et leur donner envie d'avancer. Pour autant, le leader doit aussi être capable d'écouter les idées des autres et les prendre en compte. Il montre la voie et aide les collaborateurs à donner du sens à ce qu'ils font, répondant ainsi à leur besoin d'accomplissement professionnel. Le leadership se rattache à une hiérarchie horizontale, fondée sur la responsabilité individuelle, la collaboration et l'échange.

 

La capacité d'adaptation

Pour un leadership efficace, l'adaptabilité entre aussi en jeu. Au sein d'une équipe, les compétences et les niveaux des uns et des autres diffèrent : le leader doit en tenir compte et proposer un plan d'action cohérent selon le degré d'autonomie de chacun. Il saura laisser de la liberté et déléguer, pour impliquer les individus, mais aussi reprendre les rênes en temps voulu.

Paul Hersey et Ken Blanchard, les fondateurs du leadership situationnel, estiment qu'un bon leader est capable de s'adapter aux différentes situations. Il s'agit d'adopter une ligne de conduite spécifique, selon le niveau de maturité de chaque collaborateur.

Comment adapter votre stratégie marketing face à l'incertitude ?

Pour vous aider, téléchargez ce rapport gratuit sur les dernières tendances marketing et l'impact du COVID-19.

 

 

Leadership vs management : quelles différences ?

Des similitudes existent entre le leadership et le management mais il faut bien saisir les nuances entre les deux concepts. Ces derniers ne vont pas toujours de pair, pourtant, l'alliance des qualités d'un leader et des compétences d'un manager pourrait être la formule idéale pour gérer efficacement une organisation.

 

Présentation du concept de management

Le management regroupe toutes les techniques de gestion et d'organisation du travail d'équipe, mises en œuvre dans une entreprise. Véritable chef d'orchestre, le manager a une responsabilité confiée par la direction et occupe une certaine place dans la hiérarchie, qui lui confère du pouvoir. Il a des objectifs et doit accompagner les collaborateurs et piloter les différents projets afin de les atteindre.

Les managers peuvent adopter différents styles de management :

Ils ont un statut officiel dans l'entreprise mais ils ne sont pas forcément plébiscités par leurs pairs ou par leurs subordonnés.

 

L'autorité naturelle versus la fonction officielle

Le management et le leadership s'opposent par leur essence même. Alors qu'un manager a un statut écrit noir sur blanc, un leader n'a pas forcément de titre : il ne se proclame pas en tant que tel, son autorité est reconnue naturellement par les collaborateurs.

Le leadership correspond aux actes de la personne et aux moyens utilisés pour parvenir à son but. À l'inverse, le management se rattache plutôt à la fonction officielle et aux différentes tâches attribuées. Un manager peut avoir du leadership mais ce n'est pas toujours le cas. Lorsqu'il en est dépourvu, il aura ainsi tendance à s'imposer par sa fonction, et non par son autorité naturelle, comme le ferait un leader.

Pour résumer :

  1. Manager = statut officiel et position spécifique dans l'organigramme.
  2. Leader = reconnaissance donnée par les membres d'un groupe.

 

L'organisateur versus le visionnaire

Les leaders et les managers ont, dans les faits, le même dessein : assurer le développement et la pérennité de l'entreprise. Cependant, le leader va bien plus loin que les objectifs définis par la direction. Il souhaite apporter sa vision des choses et saura prendre des risques pour la réaliser. Warren Bennis définit d'ailleurs le leadership comme la capacité à traduire une vision en réalité.

Il s'agit d'une attitude adoptée par le leader. Quant au manager, il porte plutôt une casquette d'organisateur. Il se concentre sur les tâches à accomplir et met tout en œuvre pour les répartir et les piloter efficacement, en s'appuyant sur ses collaborateurs.

Pour résumer :

  1. Manager = organisateur centré sur la tâche, qui exerce son autorité hiérarchique sur son équipe.
  2. Leader = il peut être au même niveau hiérarchique que les autres collaborateurs mais se place au centre du groupe par les liens qu'il développe, par sa vision et par son influence.

 

Leadership et management peuvent être complémentaires

Le leadership et le management sont deux notions souvent confondues. Un leader n'est pas forcément un manager, et inversement. Dresser un parallèle entre les deux n'est pas évident, car finalement, le leadership est plutôt une manière d'être, tandis que le management est lié à une fonction dans l'entreprise. Lorsque les deux concepts fusionnent, l'impact est maximal sur l'équipe. Cela permet d'organiser l'activité efficacement tout en motivant et en embarquant les collaborateurs. Le leadership ne s'apprend pas dans les livres, mais il est possible de le développer par la pratique, en suivant ses grandes lignes directrices.

Les entreprises doivent-elles s'orienter vers des managers ou des leaders ? Il n'existe pas une réponse tranchée, puisque le management et le leadership sont tous deux indispensables et seraient même, selon le conférencier Antonin Gaunand, les deux faces d'une même pièce.

 

Pour aller plus loin dans votre stratégie de marketing digital, consultez ce rapport gratuit sur les dernières tendances marketing.

Rapport sur l'évolution du marketing

Publication originale le 21 septembre 2021, mise à jour le 12 novembre 2021

Sujet(s):

Management