Technique de géolocalisation marketing efficace, le geofencing consiste à établir un zonage géographique et à cibler toute personne qui y entre. Il permet d'attirer de nouveaux consommateurs dans les magasins, les restaurants et les autres entreprises. Bien que les secteurs d'application soient variés, cette pratique est encore très peu utilisée. Elle est pourtant à considérer, compte tenu de l'utilisation quasi permanente qui est faite des smartphones. 

>> Téléchargez cet e-book pour découvrir les enjeux et défis de la  transformation digitale pour les PME.

Voici comment mettre en place une campagne de geofencing réussie.

Comment réussir sa transformation digitale ?

Téléchargez ce rapport sur la digitalisation des PME pour découvrir l’ensemble des enjeux à l’oeuvre, les défis principaux et des exemples de transformations menées avec succès.

Le geofencing, comment ça marche ?

Pour qu'un utilisateur puisse recevoir un message ou une notification push, il faut :

  • Qu'il ait autorisé les notifications push.
  • Qu'il ait téléchargé l'application de l'entreprise.
  • Qu'il ait activé son Bluetooth.

Les notifications sont reçues dans des limites précises qui constituent des barrières géographiques virtuelles. Elles peuvent être :

  • Passives, auquel cas elles fonctionnent en arrière-plan et utilisent le Wi-Fi ou les données cellulaires.
  • Actives, c'est-à-dire qu'elles ont besoin que l'utilisateur ouvre l'application dédiée ou se connecte à un service.

L'alerte est émise quand l'utilisateur entre ou sort de ces limites. Selon la technologie utilisée, le zonage établi est compris entre quelques mètres et quelques kilomètres.

Plusieurs technologies sont utilisées dans le cadre du geofencing. Il s'agit généralement du GPS ou de la RFID (radio fréquence identification), parfois de Google Earth.

L'enjeu du geofencing pour les entreprises

Le développement des objets connectés et l'utilisation quotidienne des smartphones sont d'excellentes opportunités pour la mise en place du geofencing. De nombreux commerces utilisent cette technique marketing pour définir une barrière virtuelle autour d'eux afin d'envoyer une offre promotionnelle ou une publicité sur le téléphone de leurs clients potentiels.

C'est, par exemple, le cas :

  • Des magasins qui proposent une offre à utiliser sur place ou en ligne pour cibler de nouveaux clients.
  • Des aéroports qui partagent des promotions à utiliser au duty-free et des offres spéciales pour de prochaines vacances.
  • Des stades qui envoient des messages de bienvenue, des guides ou encore des réductions à utiliser dans les restaurants à proximité.

Le geofencing permet de cibler de nouveaux clients et d'entrer en contact avec eux de manière personnalisée. Un message peut ainsi être envoyé à la bonne personne, au bon moment et au bon endroit, le but étant de provoquer des achats impulsifs.

Bon à savoir : Les consommateurs sont de moins en moins réceptifs aux publicités qu'ils croisent à longueur de journée. Pour que la stratégie de geofencing d'une marque soit efficace, il faut qu'elle propose des offres personnalisées à sa cible pour lui offrir une meilleure expérience client. Elle doit proposer des contenus pertinents qui sont peu intrusifs pour les utilisateurs.

Mettre en place une campagne de geofencing réussie

L'objectif du geofencing est d'attirer de nouveaux clients dans son point de vente pour réaliser un chiffre d'affaires plus important. Afin qu'il ne soit pas perçu comme trop intrusif par les consommateurs, il est nécessaire de respecter certaines règles.

Obtenir l'autorisation de l'utilisateur

Si les messages et les notifications push sont transmises au travers d'une application, il est nécessaire d'obtenir l'autorisation de l'utilisateur au préalable. Il doit savoir quels messages il recevra et comment seront utilisées ses données personnelles.

Il est indispensable d'être transparent quant au traitement des données des utilisateurs, d'une part pour que les messages ne créent pas une gêne chez le client et, d'autre part, pour être conforme à la loi RGPD et aux normes en vigueur.

Utiliser un bon call-to-action

Les messages envoyés dans le cadre du geofencing doivent comporter un call-to-action pertinent en fonction du lieu dans lequel se trouve la cible. Cette condition est indispensable pour l'inciter à passer à l'action.

Les notifications et messages doivent également correspondre à un besoin réel du consommateur pour qu'ils ne soient pas perçus comme importuns. De plus, il ne faut pas que leur contenu soit froid ou générique, mais qu'il comporte une plus-value afin de capter l'attention de la cible. Ainsi, il est préférable qu'un restaurant communique sur sa formule du midi ou du soir plutôt que sur son adresse uniquement, par exemple.

Éviter le surplus de messages

Pour éviter tout sentiment d'intrusion, il est essentiel d'envoyer son message ou sa notification au bon moment. En effet, même si le geofencing permet l'envoi de messages personnalisés en fonction de la localisation des utilisateurs, cela reste de la publicité. Le timing est important et il est toujours préférable de ne pas envoyer trop d'offres promotionnelles.

Ainsi, mieux vaut envoyer un seul message ciblé au bon moment plutôt qu'un surplus de notifications pour déclencher un achat impulsif.

Suivre les résultats de sa campagne de geofencing

Comme pour n'importe quelle autre campagne marketing, il est important de récolter les données obtenues grâce au geofencing. Suivre les résultats de sa campagne permet d'optimiser l'expérience offerte aux utilisateurs et d'améliorer sa stratégie pour qu'elle soit plus efficace à l'avenir.

Mettre en place une stratégie de geofencing est un bon moyen de cibler des prospects de manière personnalisée. Attention toutefois à rester transparent et à envoyer les messages au bon moment pour atteindre ses objectifs en termes de ventes. 

Pour aller plus loin, téléchargez ce rapport sur la digitalisation des PME pour découvrir l’ensemble des enjeux à l’oeuvre,  les défis principaux et des exemples de transformations menées avec succès.Bottom-CTA : Digitalisation, les PME françaises à la croisée des chemins

Publication originale le 22 février 2021, mise à jour le 22 février 2021