L'avantage comparatif est un concept économique principalement développé en commerce international dans le cadre d'une économie de libre-échange. En quoi consiste cette théorie ? Comment calculer l'avantage comparatif ? Faisons le point sur cette notion.

>> Téléchargement : Modèles d'analyse concurrentielle  

Qu'est-ce que l'avantage comparatif ?

En économie, l'avantage comparatif constitue le concept principal de la théorie classique du commerce international. C'est une théorie qui défend l'intérêt pour un pays de se spécialiser dans la production d'un produit ou service dans lequel il détient le meilleur avantage par rapport à la concurrence. L'avantage comparatif est une notion également applicable à tous les acteurs économiques, notamment aux entreprises, et à l'activité humaine en général.

La théorie de l'avantage comparatif a été introduite en 1817 par David Ricardo dans son ouvrage « Principes de l'économie politique et de l'impôt ». L'économiste britannique y explique que, dans un contexte de libre-échange, chaque pays doit se consacrer à la production d'un bien pour lequel il bénéficie d'un avantage plus important en matière de productivité. Cela permet de mettre sur le marché une offre pour un coût de production moins élevé que ses concurrents, donnant ainsi la possibilité à chaque pays d'augmenter son PIB et de s'inscrire dans une période de croissance.

 

Les caractéristiques de l'avantage comparatif

La théorie de l'avantage comparatif repose sur l'idée que chaque système économique doit permettre la libre circulation des biens et des services en supprimant les taxes douanières et tout élément empêchant la fluidité des échanges commerciaux. On parle d'un système de libre-échange. Chaque pays doit alors se spécialiser dans la production du bien dans lequel sa productivité est la plus avantageuse ou la moins désavantageuse par rapport à celle de ses partenaires. Il s'agira du produit pour lequel il dispose du meilleur rapport entre temps de travail et quantité produite.

Si chaque pays se spécialise dans le secteur d'activité dans lequel il est privilégié, le marché mondial pourra bénéficier de biens à des prix attractifs. En effet, d'après David Ricardo, la valeur d'un bien varie en fonction de la quantité de travail nécessaire à sa production. Il est alors question de valeur travail d'un produit. Ainsi, plus le nombre d'heures pour produire le bien est faible, moins son coût de production est élevé et donc plus son prix est intéressant. C'est pour cette production qu'un pays détient alors un avantage comparatif par rapport aux autres. En étant compétitif, il peut exporter facilement sa production, générant ainsi une certaine croissance économique.

La théorie de l'avantage comparatif démontre que chaque pays gagne à s'ouvrir au commerce international, même en ayant une productivité moins avantageuse que celle de ses partenaires. C'est pourquoi ce concept est particulièrement apprécié par les partisans du libre-échange.

10 modèles d'analyse concurrentielle

SWOT, Battle Card, Mapping concurrentiel... Téléchargez ces modèles en format Google Doc pour définir votre stratégie concurentielle

Quelle est la différence entre avantage comparatif et avantage absolu ?

La théorie de l'avantage comparatif de David Ricardo a été développée pour compléter celle de l'avantage absolu d'Adam Smith. Aussi, il est important de connaître la différence entre ces deux concepts. Adam Smith soutient qu'un pays doit produire un bien ou service pour lequel il a une productivité supérieure à celle de tous les autres pays. David Ricardo, quant à lui, avance que pour profiter de l'ouverture sur le marché mondial, un pays n'a pas besoin d'être meilleur que ses concurrents dans un secteur d'activité en particulier. Selon la théorie de l'avantage comparatif, les pays peuvent tirer profit du commerce international, qu'ils aient un avantage absolu ou non. Le fait que les pays doivent se spécialiser dans la production de biens pour lesquels leur avantage comparatif est le plus favorable constitue en soi un argument pour le libre-échange. C'est en se spécialisant qu'ils peuvent profiter du système de libre-échange.

La théorie d'Adam Smith souligne que, pour échanger avec un pays ayant un avantage absolu différent du sien, il faut produire ce que l'on sait faire le mieux. En effet pour lui, un pays n'ayant d'avantage absolu sur aucun produit n'a pas intérêt à se spécialiser dans la production d'un bien en particulier. En cas d'absence d'avantage absolu, Adam Smith recommande la fermeture des frontières et la mise en place de mesures protectionnistes. Le pays ne pourra donc pas profiter du libre-échange ni du commerce international. C'est à partir de cette limite que David Ricardo va approfondir la théorie d'Adam Smith.

Pour David Ricardo, il est en effet essentiel pour un pays de commercer avec les autres nations. Pour éviter aux pays de se trouver isolé des échanges internationaux, il préconise donc la spécialisation d'un pays dans un secteur d'activité dans lequel sa productivité est plus élevée ou moins désavantageuse.

 

Comment mesurer l'avantage comparatif ?

 

Déterminer l'avantage comparatif par l'analyse des ressources

Pour déterminer si un pays dispose d'un avantage comparatif dans la production d'un bien, il faut comparer ses coûts de production relatifs avec les pays concurrents. La productivité correspond au rapport entre la quantité produite et la quantité de travail dont un pays a besoin pour produire le bien en question.

 

Calculer le coût d'opportunité

Il est également possible de définir l'avantage comparatif en utilisant la notion du coût d'opportunité d'un produit. Il s'agit du coût de production d'un bien exprimé en unités d'un autre produit. C'est sur cette notion que David Ricardo s'appuie principalement pour expliquer sa théorie.

Le coût d'opportunité se calcule en faisant le rapport entre la production d'une unité d'un produit A et la valeur à sacrifier d'un produit B pour réaliser cette production A. Exemple.

  • La France produit 5 kg du bien A par semaine et par travailleur et 8 kg du produit B.
  • La Belgique fabrique, quant à elle, 8 kg du produit A et 10 kg du B.
  • Pour la France, il faut renoncer à 8 kg du produit B pour fabriquer 1 kg supplémentaire du produit A. Le coût d'opportunité est donc de 8/5, soir 1,6.
  • De même pour produire 1kg de produit B, il faut renoncer à 5kg du A, le coût d'opportunité est alors de 5/8, soit 0,625.
  • Pour la Belgique, le coût d'opportunité du produit A est de 10/8 (1,25) et de 8/10 (0,8) pour le produit B.

Un pays bénéficie d'un avantage comparatif dans la fabrication d'un produit si le coût d'opportunité de la production de ce bien est plus faible dans ce pays que dans les autres. Donc, dans notre exemple, l'avantage comparatif est en faveur de la Belgique pour la fabrication du produit A, car elle renonce à moins de produit B pour en produit une unité. Le coût d'opportunité du produit B est, quant à lui, en faveur de la France.

 

2 exemples d'avantages comparatifs

 

Exemple de David Ricardo sur l'avantage comparatif : l'Angleterre et le Portugal

Le cas de l'Angleterre et du Portugal a été cité par David Ricardo pour prouver l'efficacité de sa théorie de l'avantage comparatif. Au 19e siècle, ces deux pays produisaient du vin et des draps.

Par exemple, au Portugal, la production d'une pièce de drap mobilise le travail annuel de 90 personnes et celle d'un tonneau de vin, le travail annuel de 80 personnes. En l'Angleterre, il faut le travail annuel de 100 personnes pour une pièce de drap et le travail annuel de 120 personnes pour un tonneau de vin. Le Portugal est alors plus productif que l'Angleterre sur les deux types de biens. En effet, il bénéficie d'une productivité supérieure et de coûts de production plus faibles, et donc d'un avantage absolu sur l'Angleterre.

Toutefois, l'écart de productivité du Portugal est plus important dans le domaine du vin puisqu'il faut 40 personnes en moins pour produire un tonneau de vin. C'est pourquoi il est plus intéressant pour le pays de se spécialiser dans la production de vin. Ici, le Portugal bénéficie d'un avantage comparatif dans ce domaine précis.

Quant à l'Angleterre, si sa productivité est inférieure à celle des autres pays, elle doit se spécialiser dans la production du bien pour laquelle elle est la moins désavantagée par rapport aux autres pays, c'est-à-dire dans la production de draps. En effet, c'est là que l'écart de productivité est le moins grand, car il faut 10 personnes de plus pour fabriquer une pièce de drap. C'est donc dans la production de draps que l'Angleterre détient un avantage comparatif.

 

Le Maroc et la Chine

Sur le plan du commerce international, l'exemple du Maroc et de la Chine peut également être cité. Le Maroc fabrique une robe par heure et une paire de chaussures par heure. De son côté, la Chine produit 4 robes et 2 paires de chaussures sur les mêmes délais. Cela signifie que 2 robes fabriquées en Chine valent une paire de chaussures produite au Maroc et qu'une de robe marocaine vaut 0,5 unité de chaussure chinoise. Le Maroc dispose donc d'un avantage comparatif sur la conception de robes et la Chine sur la fabrication de chaussures. Le Maroc et la Chine peuvent donc se spécialiser chacun sur leur production et réaliser des exportations l'un vers l'autre.

 

Pour aller plus loin, télécharger ces modèles d'analyse concurrentielle et étudiez votre marché pour vérifier la viabilité de vos projets.

Modèles d'analyse concurrentielle

Publication originale le 22 septembre 2022, mise à jour le 22 septembre 2022

Sujet(s):

Analyse concurrentielle